Dissertation: l’origine de la philosophie

Introduction:

L’origine de l’inspiration philosophique est l’objet d’un débat qui traverse les siècles. Pour certains le débat est clos, car pensent-ils, la source de la philosophie est grecque. Ils tombent ainsi dans le nombrilisme historiographique : Nous et nous seuls. D’autres par contre, situent la source de la pensée philosophique en Egypte. La philosophie grecque n’est pas un miracle, estiment-ils, elle résulte de l’apprentissage des premiers sages grecs, étudiants ou visiteurs à l’école africaine d’ Alexandrie (l’Egypte). Bien de philosophes définissent la philosophie selon leur conception et leur intérêt. D’où une pluralité de définition. Mais de façon générale, je pense, la philosophie est la réflexion de l’homme, qui s’étonne, s’émerveille et s’interroge sur son existence et sur ses relations avec l’ensemble de la réalité de son monde intérieur et extérieur. Elle est aussi la capacité de l’homme de donner une interprétation rationnelle de cette existence et des ces relations. Cette partie rationnelle de la réflexion commença en Grèce. Cela voudrait-il pourtant dire qu’on puisse parler d’un début absolu et universellement valide de la philosophie dans le monde entier ?

Développement

La philosophie comme processus d’étonnement, d’émerveillement, et de questionnement est commun à tous les hommes. Les hommes de tous les peuples, et de toutes les cultures se sont étonnés, se sont émerveillés et se sont questionnés sur la vie, le monde et tout ce qu’il renferme. Tout homme possède les potentialités qui le disposent à l’acte philosophique. Ne serait-ce que celle de s’étonner. La raison ou le bon sens n’est-elle pas la chose la mieux partagée de tous disait Descartes ? Dans cette logique, il m’est impossible de donner une date chronologique absolue et un lieu déterminé pouvant être à l’origine de l’activité philosophique. Par conséquent, affirmer par exemple que la philosophie universelle a débuté en Grèce et de surcroît avec Thalès serait une prétention. Une méconnaissance absurde des autres peuples, une offense à l’extraordinaire et incomparable richesse de l’Egypte ancienne. N’est-ce pas là que Thalès et beaucoup d’autres Grecs sont allés pour être « les élèves des Egyptiens et aussi des Chaldéens ». Si l’on comprend la philosophie comme une activité inhérente à l’esprit humain et non nécessairement comme une science des causes premières selon l’idée d’Aristote, nous sommes d’accord que partout où se trouve une communauté humaine, là est présente la philosophie. Y a-t-il une volonté, un sens derrière tout ce qui arrive ? Qui sommes-nous et d’où venons-nous ? Ces questions ont été de tous les temps des préoccupations philosophiques pour les hommes de toutes les cultures et conditions sociales. Il est vrai, étymologiquement le mot philosophie vient du grec, mais il serait absurde et prétentieux d’affirmer que l’amour de la science, de la sagesse soit une pure production du peuple grec, et qu’il n’est existé qu’en Grèce. Le « miracle grec » serait-il une création ex-nihilo ? Certainement non. Si Thalès ou la Grèce sont l’unité de mesure pour Aristote, ils ne le sont pas pour le monde entier. Il suffit de voir de près la thèse de Thalès sur l’origine du monde. Cette pensée n’est pas une nouveauté pour qui connaît des bribes de la cosmologie Egyptienne. Par exemple sa philosophie selon laquelle l’eau est à l’origine de toute chose ; ce qu’il désigne par physis ou archê (la substance) qui est la matière fondamentale et unique, l’essence, c’est à dire ce qui demeure au travers de tous les changements. Cette philosophie, si je peux la nommer ainsi, était déjà présente dans la culture ou la tradition égyptienne. Les cosmogonies égyptiennes, posent les eaux primordiales « nww, ou Noun » comme ce qui est à l’origine de tout ce qui est crée et ce en quoi tout finit par s’anéantir. « Je suis noun, l’unique qui n’a pas son égal… » Tant de sources me permettent d’affirmer qu’il n’ y a pas un début absolu de la philosophie ni un début absolu en philosophie. Remonter le début de la philosophie à Thalès ou à l’année 585 est une interprétation d’Aristote et cela n’est valable que pour le peuple grec. Il n’en reste pas moins que l’Afrique a de bonnes raisons de revendiquer l’héritage philosophique pharaonique.

L’année 585 reste tout de même une étape importante dans l’histoire de la philosophie. Le mérite de cette année 585, de Thalès et de tous les présocratiques, est d’avoir produit sur le sol grec un système de pensée cohérent, c’est d’avoir jeté les bases d’une réflexion philosophique, c’est-à-dire rationnelle. Le passage d’une explication mythologique du monde à une explication rationnelle, le passage du « mythos » au « logos ». Avant Thalès, les hommes donnaient une réponse aux phénomènes humains et naturels. Cette réponse était purement mythologique. Si Thalès peut mériter le titre de premier philosophe grec, c’est principalement parce qu’il délaissa, parce qu’il se démarqua de ces formulations mythologiques et d’avoir initié ou inauguré un regard scientifique sur les phénomènes naturels et humains.

Conclusion:

Ce bref parcours, partit d’une définition de la philosophie, pour aboutir à son objet, nous montre que la philosophie à la différence d’autres disciplines, est par nature présente en tout homme et s’intéresse à tous les sujets : la vie et la mort ; le monde et son contenu etc. Cela signifie aussi qu’on ne peut pas judicieusement parler d’un début absolu et universellement valide en philosophie dans le monde entier. Si l’on reconnaît que le vécu philosophique prend sa source dans l’inquiétude, l’ étonnement de l’ homme face au monde, quand il se pose des questions sur son existence ; l’ honnêteté intellectuelle fort de même de ne pas négliger la pensée égyptienne lorsqu’ on cherche l’ origine de la philosophie. Car dès le IIIè millénaire avant Jésus Christ, les Egyptiens se questionnaient déjà sur « L’être et le néant », sur la signification de la mort et de la vie, sur les structures du cosmos et sur les fondements de la vie sociale des hommes. N’est pas là de grandes questions philosophiques ?

Théra

Publicités
Catégories : Philosophie | Étiquettes : , | 4 Commentaires

Navigation des articles

4 réflexions sur “Dissertation: l’origine de la philosophie

  1. JM… cet Ecrit, il est vivant, et plein d’acquis… et répond à la question en finale…. la Sagesse de la Connaissance, nous emmène tous à creuser intérieurement… mm si nous pensons tourner en rond, sur le fond des mythes et légendes, nous @vançons…

    Aimé par 1 personne

    •  » la sagesse de la connaissance, nous amène tous à creuser intérieurement », c’est si bien exprimé. Cette phrase résume toute cette petite spéculation.

      merci et prend soin de toi Sarah !

      Aimé par 1 personne

      • 🙂 que Dieu te Garde sur cette Voie, le Sourire et la Plume seront l’emblème de ta Fil Ô où que tu Sois, t’y trouveras le Secret bien gardé, en Toi, et en fera « profiter » avec l’aisance qui te va…. Bien à Toi, Cher Thera, le Ciel t’aidera car tu as une Belle Etoile, une « aura »…de Foi…

        J'aime

Welcome !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :