ACTUALITE

Agréables weekend à toutes et à tous !

DSC_0434

Catégories : Actualité, ACTUALITE, Amour, Humours, Ouvertures | 6 Commentaires

Lessons for life: I have learned from Africa

Lessons for life: I have learned from Africa

« Who are at the other side of the sea » I used to ask the elders in my village, which is located at the seaside. « There are black people whose noses are long and who eat humans alive” they used to respond. Their response (which is not true) though horrifying made me realise a kind of single story they have of the people in the other part of the world especially of Africa. The single violent story of Africa that I carried from my childhood changed into a story of love and peace when I landed in Africa two years back, in Cameroon and in Central Africa Repbulic. Yes, the single story turned into multiple stories. Here are some stories:

Cultural Openness 

Though poor, the people of Central African Republic have hearts which are rich and generous. Their generosity is shown in their hospitality towards the foreigners. Immense is their joy when they see a foreigner in their land. The children jump and dance to welcome them. And the elders welcome them with wide open arms. They never fail to learn from the other cultures. Be it the dress, film, music and dance, and ideology they have a touch of many other cultures and traditions.  The way they appreciate the other cultures and integrate the good things from other cultures made me to question why we Indians have a culture which is closed and reserved (at least in some aspects).

Women’s Freedom

Freedom of women is another thing that I very much admired in Central Africa Republic and in Cameroon. Women are free to roam in the streets at any time without being harassed by men. Unlike India where seeing a woman in a Bar suffice to make a headline in our dailies, women equally to men flock the bars and relax after the tiring work. During the time of marriages these are not women who give dowry to men but men do. Had it been in Indian we would have killed many male child in their infancy!

Celebration of life and death

Without any doubt Africans are people of celebration. There is life and energy in the continent. How the colonizers and the political leaders used this energy to their self-interest is another story. The domination of Africans in the world of sport and music bears witness to the flow of youth energy in Africa. Celebration is part and parcel of their life. They celebrate life. Music and Africans are like flesh and nail. Little children dancing on the streets is a normal spectacle in Africa like children playing on the streets in our country. Any special occasion, dance and music are inescapable. They not only celebrate life but also death. Farewell to the departed soul longs about three days normally, and in some cases one week. Relatives and friends throng the bereaved family. There again they sing and dance, primarily to make the members of the family forget the loss of their dear ones and finally to celebrate the entry of the departed into heaven. Thus they not only celebrate life but also death.

One with nature

Gifted with a green environment and not being corrupted by the modern technology people in Central Africa Republic live a life that is well knitted with nature. While people around the world hurt mother earth by deforestation, it here in this part of Africa, I think mother earth finds solation.  People in the villages do not cut the trees but for the little domestic purposes. Ancestral worship is strong that people see their ancestors in nature. Destroying the nature is like destroying their ancestry and their past.  But Alas, evils have come in the form of foreign traders (traffickers) who trade the years old trees for meagre amount leaving the natives poorer.

Ubuntu

Ubuntu is more than just a philosophy. Ubuntu is a way of life and it simply translates “I am because we are”. Although the word Ubuntu comes from southern Africa, the concept of Ubuntu is universal throughout Africa under various names. The concept is very strong in Cameroon and in Central Africa Republic. ‘Us’ has greater importance than ‘I’. Community plays a pivotal role in all things before the individual person. That is why all their celebrations and activities are community based. In all their decision making people value the words of the elders, the community leaders. Finally all the above mentioned stories like openness, celebration of life and death and they being one with nature find their roots in UBUNTU.

God is all

            All throughout my stay in Africa I wished to have a conversation with an African who is not theist. Rarely could I find somebody. Their faith in God is so strong that they can never deny the existence of God. I have witnessed that during my regular visit to the refugee camps. Though they have not eaten well for a couple of days they always say that by the grace of God they are well, when we enquire about their life condition. Priests and especially the Bishops are celebrated like the kings. This reminds me of the era when the Church had special privileges in the European regimes.  True that the Church is highly looked upon by the people. At the same time, the question that babbles me is “Why the church has not used its influence to redress the political conflicts that the continent is surviving ever since the colonizers left the continent?”

 

 

Valan1002Maria Valan is a Jesuit scholastic

 from India who is doing his regency in JRS, WAF.

He has done his masters in Philosophy.

Politics of Africa and Middle-East are his fleld of research.

Catégories : ACTUALITE, Ouvertures, Philosophie | Un commentaire

Si tu peux

     »  Si tu sais méditer, observer et connaitre

Sans jamais devenir sceptique ou destructeur ;

Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,

Penser sans n’être qu’un penseur « 

                                                                                                                              Merci pour une nouvelle aventure !

Catégories : Actualité, ACTUALITE, paradoxe | 8 Commentaires

Allan vous souhaite bonne année !

 « Que ta vie soit longue comme le règne des présidents africains,

tes chances soient nombreuses et volumineuses comme les mèches brésiliennes,
tes ennemis soient embrouillés comme les opposant congolais,
ta mort soit éloignée comme l’émergence en 2025,
tes réussites soient nombreuses comme les détournements de fonds.
Que ta maladie soit rare comme l’emploi des jeunes dans ton pays,
Que tes douleurs soient de courte durée comme le succès des diables rouges du Congo,
et que le Seigneur te regarde comme les femmes regardent « Tv Novelas, Nina Tv ou Zee Magic » »

Merci à Allan qui a partagé avec moi

Catégories : ACTUALITE, Ouvertures | Un commentaire

Citation…

 

 

« Combien y a -t-il d’hommes qui vivent du sang et de la vie des innocents, les uns comme des tigres, toujours farouches et toujours cruels, d’autres comme des lions, en gardant quelque apparence de générosité, d’autres comme des ours grossiers et avides, d’autres comme des loups, ravissants et impitoyables, d’autres comme des renards, qui vivent d’industrie et dont le métier est de tromper »

1

Catégories : ACTUALITE | Un commentaire

Caïen: Suis-je le gardien de mon frère?

Sommes-nous capable d’offrir aux générations un monde à visage humain? Ou allons-nous fuir et dire comme caïen, suis-je le gardien de l’autre?

 

Nous en sommes capables. Mais allons nous le décider résolument? Les grands décideurs sont des tonneaux vides, des être vides d’intériorité, fondus dans la masse, dès cet instant tout est confusion et banalité. L’absolu est rabaissé et réduit au relatif et le relatif est absolutisée, le banal, et le ridicule sont solennisés, la bestialité élevée au rang d’humanité, tandis que dans le brouhahaha, l’humain s’animalise  ou est animalisé…

1

 

………..?????

 

 

Catégories : ACTUALITE, Amour, Uncategorized | 15 Commentaires

Amadou Haya Sanogo: Bientôt la fin d’un règne, celui de la bêtise

Messieurs,

Le matin du 22 mars 2012, en réveillant les maliens de leur sommeil, vous disiez libérer le Mali d’une classe dirigeante incompétente. Le président ATT, à un mois de la fin de son manda est jugé, par vous, comme un homme incompétent, mou, incapable de sauver le Mali de la guerre du Nord, incapable de faire face aux Touaregs qui avancent et recherchent l’indépendance de l’Azawad. Vous avez crié que votre seul objectif était de sauver l’intégrité du Mali : Le Mali est un peuple indivisible, et vous êtes précisément là pour sauvegarder cette unité nationale, disiez-vous

Messieurs les Guerriers,
il semble que vous retournerez dans les casernes, vous avez décidé de laisser au peuple la gestion de ses affaires : une décision sage, je crois. De toute façon vous n’avez aucun autre choix que celui-là. Car, en toute vérité c’est la seule et unique porte de sortie,  encore louable, qui s’ouvre devant vous, mes chers Guerriers. Mais ne partez pas aussitôt, une dernière chose reste à faire : évaluons vos 15 jours de « règne ». En venant, vous aviez des objectifs, il est donc important de faire le point, de vous évaluer et de vous attribuer, à votre tour, une note.
– Je peux me tromper, mais je crois que vous êtes venus pour me mettre fin à la rébellion, mettre de l’ordre dans la maison,  mater les Touaregs, mettre en déroute Mossa Ag Attaher et sa troupe.
– Défendre l’unité, l’indivisibilité du territoire malien. L’Azawad est une partie intégrante du Mali, et il le sera toujours grâce à vous, à votre sens de la défense,  à votre savoir guerrier et à votre volonté et votre détermination.
– Plus de dialogue, plus de négociation : c’est de l’incompétence, c’est « féminin », diriez-vous. Il faut agir, il faut changer de stratégie. Il convient désormais d’appliquer votre méthode : répondre militairement et surtout de façon efficace et compétente.
Qu’avez-vous réalisé de tout cela ? Rien du tout ! votre règne est un échec. Vous avez lamentablement échoué en tout et pour tout.  Depuis le 22 Mars 2012, lorsque j’appris votre arrivée, j’ai sursauté en disant : «  voilà une bêtise, une pure bêtise ». En réalité, vous partez, mais vous laissez derrière vous la merde, une situation encore plus complexe et chaotique qu’avant. Au lieu de supprimer la rébellion comme vous le prétendiez, vous avez laissé à cette dernière l’opportunité d’avancer royalement, de marcher royalement sur des villes maliennes, sans résistance aucune. En trois jours, seulement trois petits jours, 72 heures seulement ils ont réalisé leur dessein : conquérir le Nord Mali et proclamer l’indépendance ce l’Azawad. Ce qu’ils ont réalisé ce vendredi 06 Avril 2012. Une indépendance recherchée il y a une vingtaine d’année. Vous étiez passés  où quand cette rébellion avançait, tirait sur leurs propres frères, déracinait des hommes, des femmes et des enfants à leur terre, leur culture et leur tradition ?  Où étiez-vous passés quand les rebelles condamnaient leurs frères, leurs frères et sœurs à prendre la route de l’exil, à devenir des réfugiés ?
Messieurs, les putschistes, vous n’avez pas échoué, non ! Mais vous êtes, si je peux me le permettre : vous êtes l’échec, « l’échec en-soi », l’exemple même qui représente le mieux en image, le concept de l’échec.
A vous avez promis au peuple la défense de l’unité de son territoire, mais hélas ! Mossa Ag Attaher et ses hommes viennent de proclamer l’indépendance de l’Azawad, autrement dit, la division du Mali, la « déunité » du territoire malien : un autre échec. Vous n’êtes même pas arrivés au front, aucune contre-attaque, juste quelques discours bricolés et lus à la télévision, juste le temps d’enfoncer votre propre pays dans le gouffre, juste le temps de réduire à néant ce que le peuple malien a construit avec courage, persévérance et patience depuis 21 ans : la démocratie, la stabilité, la cohésion interne et la paix. Vous avez tout détruit, vous avez remis le compteur à zéro, vous avez ralenti le peuple malien dans sa marche vers l’avenir, un avenir pourtant prometteur.

Si ATT et son gouvernement étaient incompétents, au moins ils ’étaient sages, ils étaient réfléchis. Que dire ce vous, capitaine Amadou Sanogo, vous et vos hommes, très sincèrement vous n’êtes que des aventuriers, des attardés, de petits voyous ignorants incultes et insensés.
Vous savez, je vous propose une autre porte de sortie : celle de la fierté. Allez demander aux griots du Mandingue de vous relater l’histoire des grands guerriers du mali, l’histoire de grands empires qui font encore la fierté du peuple malien. Que ces grands orateurs, gardiens de la tradition et de l’histoire ancienne, vous raconte la vie de Soundjata, fondateur de l’empire du Mali au XIIIè siècle, aujourd’hui encore chanté comme le père de l’esprit malien, Kankan Moussa, le fastueux empéreur qui s’est imposé bon gré mal gré  aux européens et arabes du Moyen Age, Sonni  Ali Ber, fondateur du dernier des grands  empires, démantelé  à la fin du XVIè siècle, El Hadji Ouamr Tall, bras d’Allah, grand conquérant,  la vie de Samory Touré, le dernier et le plus irréductible des résistants contre la colonisation. Auriez-vous assez de courage, comme Samory Touré,  d’aller affronter cette rébellion, même au prix de votre vie, cette rébellion que vous avez désormais rendu puissante par votre imprudence et votre imprévoyance ? auriez-vous encore un peu d’honneur et de fierté pour aller au front au lieu d’aller vous installer dans une caserne attendant, que l’on vous approuve et vous proclame ?
Le vrai soldat meurt dignement sur le champ de la bataille. Et vous M. Sanogo, vous et vos hommes, à quelle catégorie appartenez-vous ?

Théra

Catégories : Actualité, ACTUALITE | Poster un commentaire

CAMEROUN : LA MINISTRE DE LA FEMME DONNE UN SWING AU STRING (La Chronique décalée de François)

CAMEROUN : LA MINISTRE DE LA FEMME DONNE UN SWING AU STRING (La Chronique décalée de François)

 

En république cacaoyère, on est cultivatrice de cacao de mère en fille. Mais depuis que nos ancêtres de la République charcutière de France nous ont sortis de nos cacaoyères, nous ont montrés que le sexe ne sert pas que à faire des bébés, nos jeunes femmes ont déclaré la guerre à tout ce qui cache leur sexe : elles veulent à tous les prix qu’on voit qu’elles sont des femmes, qu’elles ont des rondeurs et des profondeurs.

 

 
Notre ministre de la promotion de la femme et de la famille, à défaut de leur couper les cheveux comme elle-même, veut aujourd’hui les voir plus cultiver le cacao que vendre leur cacao strings et nichons dehors. Le 19 novembre, une campagne a même été lancée avec d’autres ministères concernés pour stopper « l’indécence vestimentaire des jeunes filles », nous dit-on. Dans le terme « jeune fille », il faut entendre « jeune femme », « femme non mariée » et même « femme jeune ». Et comme on ne demande pas son âge à une femme, toutes les femmes aux attitudes « jeunes » sont concernées. Presque.
On ne sait pas encore si Marie Thérèse Abena Ondoa, la prof’ aux cheveux courts va se faire entendre, mais en République Cacaoyère, «  les derrières et devant dehors », c’est une forme de contribution de notre jeunesse féminine à la mondialisation. Voici donc quelques bonnes raisons pour lesquelles nos jeunes filles (femmes jeunes) raccourcissent leurs jupes, bombent leur soutien-gorge et baissent leurs pantalons blue-jeans :
Prof’ Marie Thérèse, il fait trop chaud sous nos cacaoyères, et nos jeunes femmes qui marchent beaucoup à pied sous le soleil, ont besoin de beaucoup d’air. S’habiller donc léger, est une nécessité climatique, et même technique pour leurs deux roues motrices (pieds). Oui, Excellence Madame le Ministre, c’est pas le pied de se trimbaler un tailleur avec corsage et chemisier longues manches boutonné jusqu’au cou, jupe assorti de jupon à ras les mollets, lorsqu’on n’a pas une énorme voiture avec air conditionné, chauffeur ou garde du corps en options.
En République Cacaoyère, nos jeunes femmes ont constaté que l’école ne paye pas, les longues études sont une sacrée perte de temps, l’intelligence est un satané délit d’inimitié à l’incompétence institutionnalisée. Conséquence, il ne leur reste que leurs corps pour s’exprimer dans une société où il est plus certain pour une jeune fille de gagner son pain à la sueur de son popotin qu’à la lueur de ses compétences.
Dans cette compétition à une place sous le soleil de nos cacaoyères touffues de chiendents de tribalisme, de népotisme, d’ostracisme eh bien ! à chacun ses armes : certains sont nés sous la belle étoile en portant un grand nom, d’autres sont nés avec une cuillère en or à la main en héritant d’une fortune familiale, d’autres ont un QI qui leur fait faire de belles études. Mais pour une sourde majorité de nos jeunes cultivatrices de cacao, elles n’ont que leur QX, donc leur corps, à mettre à la vitrine de l’ascension, de l’affirmation et de la quête d’insertion sociale et professionnelle. Sur le boulevard de l’émergence du Cameroun en 2035, on mise sur la croissance à travers de grandes réalisations, un boom économique, d’autres n’ont que leur string comme argument…
Et pour faire très politiquement correct, les tenues courtes, légères de nos jeunes cultivatrices de Cacao au Sud participent à lutter contre le réchauffement climatique du Nord. Un string, une mini-jupe, un pantalon taille basse et un décolleté goulument ouvert sur une généreuse poitrine ferme ou flasque, c’est moins de coton utilisé, moins de carburant flambé, moins d’électricité consommé pour le nettoyage ou le repassage, donc moins de pollution pour l’environnement et des ressources naturelles utilisées. La mini-jupe et Le string est écolo et c’est plus « développement durable » qu’un énorme Kaba gourmand en coton, gourmand au lavage et au repassage qui fait transpirer sec en plus une jeune cultivatrice de cacao qui est donc obligée de consommer plus de clim ou d’eau glacé pour  se rafraîchir un peu.
On va quand même applaudir la lumineuse idée de la ministre de la promotion de la femme et de la famille qui est là en plein dans son sujet. Mais, bon… Un proverbe roumain dit que « Jupe de femme est lange du diable ». Quand nos ministres commencent à donner des leçons de caleçons et de nombril aux jeunes filles, à la place des parents, on peut  croire que l’ange du diable n’est pas loin.


Source: Cameroun-online.com|François Bimogo

*Un regard impertinent sur l’actualité socio-politique et culturelle du Cameroun et de l’Afrique. Histoires de Républiques Cacaoyères et de République Charcutière. Pour écouter ces chroniques, comme leur auteur, François Bimogo, il faut adorer les Républiques Cacaoyères.

Catégories : Actualité, ACTUALITE | Un commentaire

Tout nous sépare, je le sais !

Tout nous sépare, je le sais !.

Catégories : ACTUALITE, Amour, POESIE | Poster un commentaire

JFK Proyecto matriz john f kennedy su asesinato 4 de 6 masterdetikal

http://www.youtube.com/watch?v=Ug_Un_gJoB4

Catégories : ACTUALITE | Poster un commentaire

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :