Articles tagués : Politique et philosophie

La Centrafrique est «au bord du génocide»

La Centrafrique est «au bord du génocide».

Catégories : Actualité | Étiquettes : | Poster un commentaire

A quoi jouaient-ils ?

A quoi jouaient-ils ?.

Catégories : Actualité, paradoxe | Étiquettes : , | Poster un commentaire

Des tyrans aux allures de démocrates

De la conquête ancestrale des royaumes voisins aux coups d’Etats et conflits armés actuels, l’Afrique se présente encore comme l’Afrique « des fiers guerriers ». Mais sa bravoure et sa fierté guerrière, loin de lui assurer la prospérité, la sécurité…deviennent cause de la misère, de son sous-développement. Beaucoup d’Africains espéraient en une Afrique prospère, stable après les indépendances et plus encore avec l’ère de la démocratie et de la bonne gouvernance. Malheureusement, bien d’Etats africains dits démocratiques ont pour principe de gouvernement la terreur, la répression qui engendre souvent l’instabilité sociopolitique. La réflexion que nous nous proposons de mener ici, est d’essayer de comprendre la problématique de l’alternance dite démocratique qui passe encore par l’effusion de sang et de voir les défis à relever pour une Afrique profondément démocratique et stable. On ne peut parvenir à une véritable alternance démocratique sans la bonne gouvernance. L’Afrique est en proie à beaucoup de maux faute de bonne gouvernance. Il faut entendre par bonne gouvernance la manière laudative de gérer la chose publique dans l’intérêt de la stabilité et de la pacification de l’espace économique, politique et social.

Les élections libres et transparentes légitiment le pouvoir et lui donnent toute sa crédibilité. C’est une caractéristique d’un Etat profondément démocratique où le peuple est réellement souverain. Mais bon nombre de chefs d’Etats africains, bien que promoteurs de la démocratie, d’érigent en « tyran aux allures de démocrates ». Personne ne veut quitter le pouvoir. L’instauration d’un climat d’émeutes pour intimider le peuple, l’arrestation des opposants politiques, les truquages des suffrages électoraux, confiscation des médias…sont des moyens dont se servent ces « dictateurs aux allures de démocrates » pour conserver le pouvoir. Ce sont des attitudes qui irritent et engendrent les révoltes, voire le soulèvement du peuple. Le propre d’un Etat digne n’est pas d’entretenir la peur, le malaise de son peuple mais d’assurer, ou mieux, de garantir son mieux-être social. Si la démocratie est un espace public, pourquoi exclure le dialogue et donner voix aux canons et fouets ? La violence peut être conséquence de la mauvaise gestion de la chose publique. Mais certains facteurs ethniques peuvent engendrer des règlements de comptes interethniques. Un clivage ethnique très prononcé peut entraîner à la violence. En effet, il n’est pas rare de constater des violences postélectorales liées fortement au tribalisme, à l’ethnisme. L’exemple du Kenya, du Zimbabwe, le génocide rwandais et tant d’autres pays africains illustre bien. Aussi, faut-il le noter, les partis politiques sont devenus des partis claniques. Il faut se battre, becs et ongles, pour le maintien et la prospérité du parti. Car de sa conservation dépendra l’affirmation, l’orgueil de l’ethnie ou du clan. L’assemblée nationale, les commissions électorales sont, souvent instrumentalisées par le pouvoir en place pour assurer sa pérennité. Les observateurs internationaux n’en sont pas du reste. Beaucoup de chefs d’Etats, se croyant investis d’un pouvoir divin, veulent s’éterniser au pouvoir. Ils aiment dire « moi ou le chaos !! » Et le moyen des urnes, loin d’être une possibilité de censure par le peuple devient un acte civique dépourvu de sens et de valeur. Beaucoup de chefs d’Etat africains tirent profit de la pensée de Montesquieu selon laquelle « c’est le peuple qui fait le prince mais c’est le prince qui gouverne ». Il y a risque de glisser dans la monarchie quand le prince pense être seul capitaine du bateau.

La gouvernance doit s’appuyer sur le consentement du peuple et de la participation de ce dernier à la construction de l’avenir du pays. Pour cela, beaucoup d’effort reste à faire. Parvenir à une réelle gouvernance permettrait au continent noir de sortir de son handicap de développement. L’appropriation du pouvoir, par le conservatisme, est une attitude à repenser et à s’en préserver. Un Etat démocratique doit créer un espace de dialogue où gouvernants et gouvernés s’expriment librement. Il s’agit d’un dialogue qui tient en compte le respect de la personne humaine et de son point de vue. On peut résoudre beaucoup de problèmes par le dialogue que par la violence. Redonnons à la démocratie toute sa valeur et son sens.

YELKOHOM Firmin

Un merci spéciale à tous ceux et celles qui participent activement par leur disponibilité, leur esprit critique et ouverts pour nous instruire sur l’actualité, qui nous donnent de voir autrement le monde et ses questions.

Merci est l’auteur de ce texte, Firmin et à notre grande admiratrice qui a saisi ce texte pour le rendre publiable.

Catégories : Ouvertures | Étiquettes : | 4 Commentaires

Que le guerrier gaulois ( Sarkosy) nous disse qui est le suivant après le guide sur sa liste des hommes à abattre….

Au delà de tout ce que l’on peut dire ou constater de mauvais sur Mouammar Kadhafi, alias le guide Libyen, il mérite un hommage sincère. Il a été diabolisé, ridiculisé par ses ennemis, ceux qui ne voulaient pas de lui. il est vrai tout n’a pas été parfait chez lui, il est mort comme un brave, un homme de conviction, mort pour la défense de ses convictions, de sa dignité et de son honneur. Une chose est sûre, il n’est pas un lâche. Si l’africain reste l’éternel esclave entre les mains de l’homme, si l’homme noir reste ballotté par les caprices de l’homme blanc, lui au moins a dit non. il a dit nos jusqu’au bout. Son gouvernement avait beaucoup de faille, mais quel gouvernement n’est pas sanguinaire, quel gouvernement n’a pas encore tué pour sa propre sauvegarde, et qui a dit que la démocratie et la moins sanguinaire? Le guide était un visionnaire, même s’il manquait de réalisme par moment. Malheureusement le destin des visionnaires africains est cruel: ils ont été poursuivis et tué, ils le sont aujourd’hui et le seront toujours. Puisque les gaulois ont élu un guerrier, qu’ils président, adieu la paix, adieu toutes les personnes qui ont des convictions et prêtes à les défendre, adieu les hommes et les hommes qui sont prêts à mourir pour défendre leur dignité d’homme et de femme. Ouvrons les yeux et regardons la vie, regardons tous où  ces événements nous conduiront, qui sera le prochain démon, la personne non gratta. Nous devons choisir entre deux choix fondamentaux: rester amorphe, des simples spectateurs attendant leur tour ou des acteurs debout pour leur libération. La première option nous maintient dans l’esclavage, prépare nos enfants et nos petits enfants à n’être que des esclaves et la seconde option nous conduira dans une lutte féroce, beaucoup y perdront leur vie, mais elle fera de nous des hommes et des femmes libres, fera des nos enfants des personnes libres, leur donnera une histoire meilleure, une histoire différente………

Catégories : Ouvertures, Uncategorized | Étiquettes : | 8 Commentaires

Qui serait à l’origine du mal ?

Pour changer d’idée, aérer l’esprit,  j’aime regarder les films, question de se détendre un peu, oublier un moment le réel. Même si le film, comme fiction, peut nous replonger dans le réel, nous remettre dans le réel. C’est bien ce qui c’est passé avec ce film dont je veux parler. En réalité, c’est pas le contenu du film qui suscite ma réflexion, mais c’est le titre du film qui soulève des milliers de questions en moi. le film est intitulé: Hitler : la Naissance du mal. Certainement que beaucoup d’entre vous ont déjà suivi ce film peut-être plusieurs fois, mais moi c’est la première fois. depuis, je ne sais pas si le titre vous a marqué mais moi je n’arrête plus de m’interroger, de réfléchir. Mais sur quoi je m’interroge ? Juste sur le titre : Hitler: la naissance du mal. D’après l’auteur du film, ou du moins celui  qui a donné ce titre, la naissance du mal remonterait seulement à   » l’ événement Hitler », autrement dit, la naissance et la vie d’Hitler. Le monde n’a connu le mal que lorsque Hitler a vu le jour!!!! ce qui me pert  d’affirmer , sans  nul doute, qu’avant Hitler, tout était bien, tout ce qui était était bon. Le monde moderne dirait que la vie était rose. C’est bien là que ce titre pose problème, un problème existentiel. Existentiel, parce qu’il pose un problème profond. Comment peut-on oser situer la naissance du mal seulement à l’événement d’Hitler? Et que faisons de la traite négrière? De la colonisation? Du néocolonialisme?   Du  » sarkosysme », Comment allons-nous appeler ces faits, ce désastre humain?  Y’aurait-il un plus grand mal que celui de la traite négrière synonyme de vente d’être humains. Des hommes ont été arraché à leurs  terres, à leurs cultures, leurs patrimoines à leurs familles. Ils ont tous été déracinés et vendus comme des chèvres au marché. Ils n’avaient droit à rien, ils n’étaient qu’utiles à la plantation de  » Monsieur l’humaniste »: quel mal? quelle abomination?  Non, le mal naquit bien avant Hitler, il n’était l’arrière petit fils, il n’était que le retournement du mal contre le mal, le retour du vice chez lui. En effet, avec Hitler il y a eu un événement capital: le retour du mal chez lui, le mal a rendu visite à ses grands parents, Lucifer s’est retourné contre lui-même. Non, hitler n’est pas la naissance du mal, c’est méconnaitre l’histoire de l’humanité, c’est une pure ignorance de le penser, une bêtise au fait. Non, le mal a existé bien avant, il existe et existera toujours. Il parcours l’histoire de l’humanité et un de ses escales les plus douloureux: c’est la rencontre entre l’homme blanc et l’homme noir. Il est vrai, il y avait le  mal, mais sans abus, un des plus grand mal, de l’homme noir c’est d’avoir croisé le blanc sur sa route, ce blanc qui s’appelait « civilisateur », colon, porteur de la bonne nouvelle, il s’appelle aujourd’hui le démocrate, l’humaniste, celui qui doit implanter la démocratie à coup de machettes, de fusil. soyez vigilant, il est à nos portes, nul ne sait à l’heure où il frappe!

                                                                                                                                                                                                             Barawoe

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Catégories : ACTUALITE, Ouvertures | Étiquettes : | Un commentaire

L’Europe, Hitler et le Nazisme

« Et alors un beau jour, la bourgeoisie est réveillée par un formidable choc en retour: les gestapos s’affairent, les prisons s’emplissent, les tortionnaires inventent, raffinent, discutent autour des chevalets. on s’étonne, on s’indigne. on dit:  » comme c’est curieux ! Mais bah ! C’est le nazisme, ça passera ! » Et on attend, et on espère, et on se tait à soi-même la vérité, que c’est une barbarie suprême, celle qui couronne, celle qui résume la quotidienneté des barbaries, que c’est du nazisme, oui, mais qu’avant d’en être la victime, on en a été le complice, que ce nazisme-là, on l’a supporté avant de le subir, on l’a absous, on a fermé l’œil là-dessus, on l’a légitimé, parce que, jusque là, il ne s’était appliqué qu’à des peuples non européens, que ce nazisme-là, on l’a cultivé, on en est responsable, et qu’il sourd, qu’il perce, qu’il goute, avant de l’engloutir dans ses eaux rougies de toutes les fissures de la civilisation occidentale et chrétienne. oui, il vaudra la peine d’étudier, cliniquement dans le détail, les démarches d’Hitler et de hitlérisme et de relever au très distingué, très humaniste, très chrétien bourgeois du XXè siècle qu’il porte en lui un Hitler qui s’ignore, qu’Hitler l’habite, qu’Hitler est son démon, que s’il le vitupère ( Blâmer vivement), c’est par manque de logique, et qu’au fond, ce qu’il ne pardonne pas à Hitler, ce n’est pas le crime en soi, le crime contre l’homme, ce n’est pas l’humiliation de l’homme en soi, c’est le crime contre l’homme blanc, c’est l’humiliation de l’homme blanc, et d’avoir appliqué à l’Europe des procédés colonialistes dont ne relevaient jusqu’ici que les Arabes d’Algérie, les coolies de l’inde et les nègres d’Afrique. Et c’est là le grand reproche que j’adresse au pseudo-humanisme: d’avoir trop longtemps rapetissé les droits de l’homme, d’en avoir eu, d’en avoir encore une conception étroite et parcellaire, partielle et partial et, tout compte fait, sordidement raciste ».

AIME CESAIRE, Discours sur le Colonialisme.

Catégories : Ouvertures, Uncategorized | Étiquettes : | 3 Commentaires

Colonisation = déshumanisation.

www.youtube.com      J’ai parlé de contact. Entre colonisateur et colonisé, il y’ a de place que pour la corvée, l’intimidation, la pression, l’impôt, le vol, le viol, les cultures obligatoires, le mépris, la méfiance, la morgue, la suffisance, la muflerie des élites décérébrées, des masses avilies. Aucun contact humain, mais des rapports de domination et de soumission qui qui transforment l’homme colonisateur en pion, en adjudant; en garde-chiourme, en chicote et l’homme indigène en instrument de production. A mon tour de poser une équation: colonisation = chosification. J’entends la tempête. on me parle de progrès, de  » réalisations », de maladies guéries, de niveaux de vie élevés au-dessus d’eux-mêmes? Moi je parle de sociétés vidées d’elles-mêmes, des cultures piétinées, d’institutions minées, de terres confisquées, de religions assassinées, magnificences artistiques anéanties, d’extraordinaires possibilités supprimées. On me lance à la tête des faits, des statistiques, des kilométrages de routes, des canaux, de chemins de fer. Moi je parle de milliers d’hommes sacrifiés au Congo-Océan. Je parle de ceux qui à l’heure ou j’écris, sont en train de creuser à la main le port d’Abidjan. Je parle de millions d’hommes arrachés à leurs dieux, à leur terre, à leurs habitudes, à leur vie, à la vie, à la danse, à la sagesse. Je parle de millions d’hommes à qui on a savamment inculqués la peur, le complexe d’infériorité, le tremblement, l’agenouillement, le désespoir, le larbinisme.

                                                                                                                                                                                                 Aimé Césaire

Catégories : Ouvertures, Uncategorized | Étiquettes : | 13 Commentaires

De l’oppression a la liberté.

De l’oppression a la liberté.

Le mets réservé aux Talibans

La crache de l’lépreux

Le son des porcs

Il faut que je m’en souvienne

En ces temps-là !

 Waterfall

La source de l’humanité

Le cerveau de la fécondité

Le sucre de la bouillie

L’huile et le sel du riz au gras

Je me souviens de ces temps-là !

Etres insignifiants pour des esprits ténébreux

Des moins-que-rien

Pour des esprits ingrats et égarés

En même temps d’autres esprits équilibrés, magnifiques et compréhensifs

Prouvèrent votre rôle indispensable et vital

Je me souviens de ces temps-là

Où tu n’apparaissais jamais lors du décompte

Des enfants de la famille alors qu’il y a

 Point question de postérité ou de rejeton sans toi.

Je me souviens de cette époque

Où tu étais réservé au fil de l’épée à cause de ton sexe

Je me rappelle aussi de cette époque où tu étais la nourriture des cochons

Victime de temps d’oppression

Réjouissez-vous !

Victime de tant d’injustice

Réjouissez-vous

Victime de tant d’ingratitude

Réjouissez-vous !

Car Dieu a rendu visite aux veuves

S’asseyant dans les lieux Célestes et Saints

Il entendit la voix du moribond

Il a subvenu aux besoins de l’agneau mortel

L’espoir des désespérés

Se fit révélé dans la gloire de son père

Il orna les femmes par la médaille d’effigie d’abeilles

Marie de Magdala, Marthe, Sousane, etc

Des braves combattantes gradées par Christ

Prouvèrent au monde l’extraordinaire importance des femmes.

Libres comme les étoiles dans l’espace

Libres comme les lions dans leurs fosses

Libres dans la liberté

C’est Dieu qui rend justice aux opprimées

Et rend libre les esclaves.

Samuel GUINDO[i]

Prof. D’Allemand et d’Anglais


[i]

Catégories : POESIE | Étiquettes : , | 15 Commentaires

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :