Articles tagués : la société

Dissertation: Comment la société actuelle perçoit-elle les personnes âgées ? Classe de 1è et de Terminale

 

1- Sujet de réflexion et de petite dissertation :
 Comment la société actuelle perçoit-elle les personnes âgées ?
 Qu’est-ce que cela implique-t-elle sur leur comportement ?
 Quels conseils donneriez-vous pour que ce passage ne soit pas vécu uniquement comme une dégradation physique et intellectuelle mais bien comme un second souffle, une nouvelle vie ?

Introduction :
La puberté et l’adolescence sont deux périodes profondément marquées par une croissance physique rapide, l’éveil des facultés intellectuelles de l’enfant, une période de la croissance où l’enfant se pose en s’opposant. Contrairement à ces périodes du développement, devenir une personne âgée est synonyme d’une dégradation des facultés cognitives, d’une fatigue corporelle régulière provoquée par une dévitalisation progressive de certains organes et le plus dur est certainement le regard de la société actuelle sur la vieillesse. Quel regard, la société actuelle, obsédée par le jeunisme, par la beauté, la vigueur et la rentabilité, porte-elle sur les personnes âgées ? Pour mieux cerner cette problématique, notre réflexion sera structurée en trois points. D’abord, quel regard la société actuelle port-elle sur les personnes âgées ? Ensuite, quelles sont les implications de ce regard sur le comportement des personnes âgées et enfin, quels conseils donner pour que cette étape de la vie soit accueillie comme une nouvelle vie, un second souffle ?

Développement :

Nous évoluons dans une société qui élève le capitalisme en valeur absolue, synonyme de rentabilité et de productivité. Une société utilitariste où la valeur de l’homme tend à se ramener à sa capacité productive. La société actuelle ainsi obsédée par l’utilité et l’avoir a une conception déshumanisante de la personne âgée. Cette dernière est perçue comme encombrante, considérée comme une charge inutile. Par ailleurs, la société actuelle est aussi celle de l’exaltation du jeunisme, de la beauté et de la vigueur. Une société où l’éclat corporel est placé en unité de mesure. Aussi la dégradation physique qui caractérise le processus du vieillissement lui fait-elle peur. Ainsi, en fuyant et en luttant contre les signes annonciateurs de notre propre vieillissement, nous rejetons la vieillesse et les personnes âgées.

En outre, ce regard négatif porté sur le vieillissement et les personnes âgées n’est pas sans conséquences graves sur leur comportement. Comment vivre cette nouvelle étape de la vie dans une société terrifiée par les traits caractéristiques du vieillissement ? S’intégrer et d’épanouir dans une telle société n’est pas une tâche facile. A défaut d’une bonne intégration au sein de la société active, les personnes âgées se réfugient dans la plainte et se révolte contre un système qui les isole.

En effet, dans la société actuelle la personne âgée se trouve dans une double situation inconfortable. D’un côté, elle fait face aux changements profonds qui s’opèrent sur elle : la diminution des capacités auditive, visuelle, la dégradation physique. Et de l’autre côté, elle est dans une société qui l’ignore et l’isole de la vie sociale active. Dans ce contexte difficile si l’individu n’est pas suffisamment fort pour braver cette hostilité et se faire une place, d’accueillir avec un esprit positif et ouvert cette étape de la vie, il se résignera, adoptera un comportement désobligeant. Il peut ainsi se conforter dans une attitude capricieuse et peu coopérant. Par ailleurs, le sentiment d’impuissance et d’inutilité que la société lui fait ressentir peu provoquer chez lui la colère et plus encore le désir du suicide.
La personne âgée mal perçue et mal accueillie par la société actuelle doit-elle se résigner, baisser les bras et attendre la mort ? La réponse à cette question est sans doute non ! Même à la retraite et malgré la fatigue physique la personne âgée a une vie à vivre. René LAFORESTRIE, dans la page 69 du cours, ne dit-il pas qu’il en a rencontré qui portaient en elles une vie dont peu d’entre nous soupçonnent l’existence. Cela prouve que devenir une vieille personne ne marque pas la fin de la vie. Même dans la vieillesse elles ont encore des ressources en elles capables de les mettre au dessus des barrières d’isolement et d’exclusion que la société actuelle crée.
Une personne âgée peut être dotée d’une créativité certaine, dont l’exploitation peut être une source d’épanouissement et de bonheur. A la place de l’exclusion et de l’isolement, la société actuelle a une responsabilité envers les personnes du troisième âge : celle d’instaurer un échange riche entre les générations, de créer des ponts de communication et d’une véritable communion à la place des barrières discriminatoires. Dans ce sens, la société traditionnelle africaine valorise la personne âgée. En réalité, elle est synonyme de sagesse. Elle est dépositaire du savoir, détentrice de l’histoire de sa société, maître et enseignant du savoir-vivre-ensemble. Ainsi, la personne âgée est un trésor, un recours indispensable, une fierté familiale et sociale. N’est-ce pas dans ce sens que l’écrivain Seydou BADIAN affirme ce qui suit : « En Afrique un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle ». Et dans la même logique, Maximilienne Levet-Gautrat, nous invite à voir au-delà de la maladie, de l’affaiblissement physique et psychique, la vie que porte la personne âgée. Pour elle, le troisième âgé est un second souffle, une phase à vivre pleinement, de façon « Flamboyante », car dit-elle, la personne âgée doit rayonner, pétiller et donner encore avant de mourir.
Conclusion :
Lorsque nous observons attentivement l’évolution de notre société, l’on se rend à l’évidence que les personnes âgées ne sont pas bien perçues. La société pour sur elle un regard peu accueillant. La recherche de la vigueur, de la productivité et du jeunisme adulé, provoque un regard dévalorisant sur la vieillesse et plus loin sur la personne âgée elle-même. Faut-il continuer à fuir désespérément le vieillissement, s’éloigner des personnes âgées en les isolant, ou au contraire changer notre regard er assumer pleinement notre responsabilité : celle d’être présent, d’aider les personne âgées à vivre le troisième âge comme un second souffle, une nouvelle vie, leur témoigner de la reconnaissance et de la gratitude pour avoir été des bâtisseurs, des pionniers et entrepreneurs.

THERA Joseph

A vos plumes

Catégories : Philosophie | Étiquettes : , , , , | 5 Commentaires

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :