Archives quotidiennes : 19 juin 2014

Cameroun : J’AI EU HONTE D’ÊTRE CAMEROUNAIS !

Cameroun,Cameroon : J’ai eu honte d’être Camerounais !

Comme le dit si bien Jésus Christ, « Tout royaume divisé contre lui-même est dévasté, et toute ville ou maison divisée contre elle-même ne peut subsister. » (Mt 12,25). Ce que des millions de Camerounais ont vu sur le terrain au cours du match qui a opposé notre équipe nationale aux Croates sort de l’ordinaire. Et encore une fois, il faut que cela vienne du Cameroun, la déchéance qui humilie toute une nation.

D’abord une affaire de primes orchestrée par l’opacité d’une administration corrompue et rompue aux manœuvres des ténèbres, puis une affaire rocambolesque de mœurs autour du capitaine de l’équipe, puis la déconcentration, puis les défaites.  Un pays divisé, des joueurs divisés, les supporters divisés ! Toute cette ambiance délétère ne pouvait que produire de tels déchets.  Et aujourd’hui la puanteur de l’irresponsabilité nous rattrape.

Je n’ai jamais eu honte d’être Camerounais, mais hier, j’ai bu la honte jusqu’à la lie au milieu des sympathisants qui se demandaient ce qui nous arrivait. Nous avons pris l’habitude de tout banaliser dans un pays où le ridicule ne tue plus. Mais ce qui s’est passé au cours de ce match n’est pas un fait divers ! C’est un symptôme qui ne trompe pas. Si nous doutions encore de la gravité de notre mal, il est temps d’en prendre toute la mesure. De tels comportements à un tel niveau de compétition, c’est chose rare.

Comme le dit si bien cet autre verset biblique : « Ne donnez pas les choses saintes aux chiens, et ne jetez pas vos perles devant les pourceaux, de peur qu’ils ne les foulent aux pieds, ne se retournent et ne vous déchirent. » (Mt 7, 6). Nous avons jeté nos perles, les couleurs nationales, aux pourceaux et ils les ont bien piétinées. Décaisser des centaines de millions pour financer une telle bêtise, c’est démentiel. Comment ne pas s’en indigner !

Nous devons nous rendre compte que ce match a été regardé par des milliers de jeunes Camerounais qui considèrent les Lions Indomptables comme étant l’incarnation de l’esprit de toute une nation. Mais qu’est-ce qui leur a été servi ? La division, la médiocrité, l’indiscipline, etc. Il y a de quoi regretter l’époque des Roger Milla. Oui, en leur temps, ce n’était pas l’argent qui jouait, mais le cœur qui battait pour une nation. Aujourd’hui, il y a de l’argent mais quel esprit ?

Encore une fois, ce qui fait la force d’une nation, d’une équipe, d’une famille, de toute entreprise collective, c’est d’abord l’esprit d’unité autour d’une cause commune. Oui l’esprit, encore l’esprit, toujours l’esprit ! Quand il est bon, il fait des miracles, même avec des moyens de bord. Mais quand il est mauvais, vous pouvez  investir des milliards, vous ne récolterez que l’amertume et la désolation. Le talent sans la vertu et la discipline ne mène nulle part. Si les lions veulent se réconcilier avec les Camerounais, qu’ils remettent au moins la moitié de leur prime à des œuvres sociales, pour dire leur mea culpa. On ne fait pas cela à une nation ! Sinon, il faut radier toute l’équipe pour des besoins pédagogiques. Mieux vaut ne pas avoir une équipe du tout que d’en avoir une comme celle-là.

Voilà le fruit de 32 ans de règne ! Monsieur Biya ne maîtrise plus rien dans ce pays, et tout se meurt, jusqu’au football. Encore une fois, il est temps qu’il s’en aille lui aussi avec son équipe pour donner la chance aux Camerounais de jeter de nouvelles bases pour la reconstruction de notre pays, ce pays où tout est à refaire, en commençant par l’esprit. Aux grands maux les grands remèdes, dit-on. Mais qui le fera dans ce pays où le vers n’est pas seulement dans le fruit, mais dans le tronc.

Notre pays est gravement malade et le football camerounais en est l’image. Comme le disait Jésus à l’entame de sa passion, «C’est maintenant l’heure du pouvoir des ténèbres » (Lc 22, 53). A quand le réveil des fils de lumières ? Si vous savez prier, priez pour le Cameroun, parce que nous sommes dans de sales draps. C’est une vraie descente aux enfers et le chemin de la résurrection sera long et pénible.

© Correspondance de : P. Ludovic Lado sj
Source: http://www.camer.be/34287/30:27/cameroun
Catégories : Actualité | 11 Commentaires

A nous la place …

3

Je vous présente mon orchestre préféré au monde.

Sans aller loin, ils ont trouvé tout ce qu’il faut pour que la fête soit musicalement un succès.

Quelle sens pratique, quelle imagination!!!!

Catégories : POESIE | 7 Commentaires

Blagues…

4Plan d’enlèvement.

Aux premières heures du jour, la jeune fille entendit des coups à sa fenêtre. Là, sur une échelle, se tenait son petit ami. Leur plan d’enlèvement se déroulait comme prévu.

  • Tu es prête ? demanda-t-il.
  • Oui, répondit la fille, mais ne parle pas si fort, tu vas finir par réveiller mon père.
  • Comment ça, le réveiller ? C’est lui qui tient l’échelle!
  1. Blague sur un mathématicien! – Humour

Deux hommes se déplaçant en ballon sont perdus dans le désert. Ils aperçoivent un individu en train de méditer à l’ombre d’un arbre.

  •  » Où sommes-nous, s’il vous plaît ?  » lui demandent-ils.

Après un long moment de réflexion, l’homme leur répond :

-« Dans un ballon.

  • Merci, monsieur le mathématicien. »

L’homme demande étonné :

-« Comment avez-vous su que j’étais mathématicien ?

  • Pour trois raisons, répondent les aéronautes. Premièrement, vous avez beaucoup réfléchi avant de nous répondre. Deuxièmement, votre réponse est très exacte. Troisièmement, elle ne sert à rien. »

3-Mon père

Un bambin entre en courant dans un poste de police:
– Venez vite, monsieur l’agent, il y a un salaud qui est en train de casser la gueule à mon père.
Le policier sort dans la rue et voit deux hommes en train de se battre. Se tournant vers le p’tit il dit:
– Je vais aller les séparer, lequel est ton père?
– Je l’sais pas encore: c’est justement pour ça qu’ils se battent…

4.

  • Tu es chanceux toi! Est-ce que tu amènes ta femme?La semaine prochaine, je vais à Paris pour la première fois de ma vie!
  • Ben voyons! Quand tu vas faire du ski, est-ce que tu amènes la neige?
  •  

    5.Un Saint

    Dans un village, il était une fois deux frères, deux vrais pestes qui ne pensaient qu’à torturer, embêter, voler, dépouiller, supplicier, escroquer les autres habitants du village ! Malgré leur conscience plus que noire, ils vont à la messe tous les dimanches et ne sont pas radins quand vient l’heure de la quête car ils espèrent ainsi se racheter de tous leurs pêchés contre leurs concitoyens. Un beau jour, un des deux frères vient à mourir d’une attaque cardiaque. La veille des funérailles, le frère survivant vient voir le curé et lui dit :

    •  » Je vais te faire un chèque d’un beau montant qui te permettra de finir la réfection du clocher… Mais il y a une condition : Pendant l’office, il te faudra dire que mon frère était un saint ».

    Le curé réfléchit cinq minutes. C’est vrai que le clocher est en piteux état et que l’argent manque cruellement. Finalement il dit :

    -« C’est d’accord ». Et il part encaisser le chèque le jour même.

    Le lendemain, au cours de la cérémonie, devant un village qui a du mal à cacher sa joie bien que vêtu de noir, le curé fait l’éloge funèbre et commence par ces mots :

    • « Cet homme était habité par le diable. Il trompait sa femme, il a honteusement escroqué bien d’entre nous, on l’a soupçonné d’avoir allumé plusieurs incendies dans le village, il était violent… »

    Le frère s’étrangle mais contient sa colère.
    Et le laïus continue quelques minutes, jusqu’à ce que le curé conclue :

    • « … Mais comparé à son frère, cet homme était un saint ! »
    1. Entrée par infraction!
    Un homme se rend au poste de police pour aller identifier le voleur qui s’est introduit chez lui la veille.- J’aimerais lui parler, dit le type. 

    – Que voulez-vous lui dire, demande le policier?

    – Hé bien j’aimerais savoir comment il a fait pour entrer chez moi sans réveiller ma femme…

    Catégories : Philosophie | 2 Commentaires

    Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

    %d blogueurs aiment cette page :