Dissertation philosophique, Méthode, exemple

I-                   Qu’est-ce qu’une dissertation ?

La dissertation, qu’elle soit littéraire ou philosophique est un exercice de réflexion avant tout. Un exercice dans lequel il est demandé à l’élève de réfléchir sur un sujet, un thème ou une notion précise. Il s’agit de réfléchir et d’apporter une réponse, mieux encore sa réponse personnelle à une question posée. En effet, lorsque nous sommes devant un sujet, nous sommes en réalité devant un problème qui attend de nous une résolution, nous sommes en face d’une interrogation qui attend  notre réponse. Nous disons «  ma » réponse, car il ne s’agit nullement de baigner dans une vague généralité, il est bien question d’apporter notre solution critique à la question. C’est un exercice qui mobilise l’ensemble de notre savoir et de notre savoir-faire. Le savoir-faire est ici indispensable, puisque notre réponse à la question n’est valable que lorsqu’elle suit une méthode. Elle doit être structurée pour être pertinente et cohérente. C’est dire que la dissertation exige de la rigueur, de l’application et de la cohérence dans le développement et l’enchainement des idées. Sans cohérence, il y’a pas de dissertation. La rigueur dans le respect de la méthode,  des étapes, dans le choix des mots et dans la présentation du travail.

a-      Comprendre mon sujet :

Est-il possible de répondre à une interrogation que vous n’avez pas comprise ? De toute évidence, s’adonner à un tel exercice est une aventure sans issue favorable. D’où l’importance de prendre le temps qu’il faut pour cerner le sujet. Je ne peux résoudre le problème posé par le sujet que si je saisis d’abord le problème. Je dois impérativement me soucier de savoir quel est le problème posé par ce sujet ? Sur quoi ce sujet m’invite à réfléchir ? Ainsi, pour découvrir ce problème il me faut lire, relire encore et encore mon sujet. La lecture et la relecture du sujet est une étape déterminante dans l’exercice de la dissertation. Elle est la clé d’accès à votre sujet. Le sujet semble opaque à première vue, alors pour le percer, le comprendre, il faut le lire, le relire en prenant le temps de s’arrêter sur les mots clés, les expressions clés tout en les soulignant. Savoir cerner le sujet et dégager le problème qu’il contient est ce qu’il y a de plus difficile dans une dissertation.

b-     Se poser des questions

Que me demande-t-on de faire dans ce sujet ? Quel problème suis-je invité à analyser et à résoudre ? Sur quelle notion, (philosophique, littéraire, culturelle, politique ou traditionnelle) je suis appelé à exercer ma réflexion ? Auxquelles de mes connaissances ce sujet me renvoie-t-il ?

c-      Classer son sujet dans une catégorie :

En dissertation il existe différents types de sujets et chaque type de sujet nous impose, d’une certaine façon, le plan à suivre.

–          Le plan dialectique :

Le plan dialectique est le plus reconnu et le plus usuel. Il s’agit de l’affrontement de deux discours, de deux logiques, de deux points de vue sur un même problème. Comme il convient, dans un tel cas, de garder le contact entre les deux discours, on adopte un plan comprenant une thèse, une antithèse, une synthèse.

Dans le plan dialectique la synthèse est la partie la plus délicate,  redoutable pour beaucoup d’élèves, mais aussi la plus riche. Elle est le résultat de l’intégration par votre intelligence de la thèse et de l’antithèse. Elle exprime votre position personnelle face à l’objet de la dialectique. Une bonne synthèse, témoigne de votre prise de recul par rapport aux thèses en présence ; elle doit aussi contribuer à élargir ou ouvrir le débat. La synthèse peut donc souvent aboutir à une conciliation des deux positions en face, à une position ultime ou à un dépassement des deux positions.

–          Le plan notionnel ou thématique :

Le plan notionnel impose à l’élève une réflexion progressive. Dans ce plan la thèse défendue sera considérée selon différents points de vue. La première partie définit la nature du problème, il s’agit d’une première définition élémentaire, générale. Ensuite, une définition plus structurée, scientifique ou philosophique. La seconde partie traite de l’existence du problème, c’est-à-dire de son actualité, de son mode d’être, le problème est défini de manière rationnelle. La troisième partie enfin définit la valeur du problème, le caractère qui fait qu’il mérite plus ou moins qu’on y arrête, son enjeu (social, culturel, philosophique, humain

Le plan comparatif :

C’est une réflexion fondée sur la comparaison de deux faits, de deux concepts ou de notions différents. Ce type de sujet peut être traité en trois points :

–          Les définitions respectives des deux notions en face.

–          Une présentation comparative de leurs similarités, c’est-à-dire les points communs aux deux notions, les ressemblances entre les éléments à comparer.

–          Présenter leur divergences, ce qui les oppose l’une à l’autre.

–          A la fin du travail, il est possible de proposer une synthèse pour dégager le point de vue final, ce qui l’emporte : les ressemblances ou les différences.

II-                Les trois parties d’une dissertation

Une fois la partie la plus difficile passée, à savoir cerner le problème que pose le sujet, nous pouvons alors aisément procder à la résolution du problème en suivant avec rigueur les trois parties de la dissertation : l’introduction, le développement ou corps du travail et la conclusion.

a-      L’introduction : 

Qu’on ne se voile pas la face, l’introduction d’une dissertation est d’une importance capitale. L’intérêt et l’attention qu’un correcteur portera sur l’ensemble de votre réflexion dépend de votre introduction. D’où l’importance de la traiter avec soin. Notons qu’elle doit être intégralement rédigée sur votre brouillon. Que faut-il écrire dans l’introduction d’une dissertation ? L’introduction d’une dissertation littéraire ou philosophique comprend trois points essentiels :

  • Amener le sujet
  • Poser le problème, la problématique
  • Poser le plan

Je pars du postulat que mon correcteur ne connait rien du sujet. C’est donc grâce à l’explicitation que je ferai qu’il aura une intelligence du sujet.

– D’abord, amener le sujet, par une idée générale, dont le sujet représente un aspect particulier. Cette idée ne doit pas être trop générale. Elle peut être liée à une perspective historique, ou bien évoquer une anecdote littéraire. Puis, poser le sujet. S’il s’agit d’une citation courte, on la recopie intégralement ; si la citation est longue, on en cite les passages essentiels.

– Ensuite, formuler la problématique, par une phrase claire et nette, affirmant une contradiction, ou posant une question.

– Enfin, annoncer le plan de manière explicite et sans ambiguïté, éviter toute lourdeur didactique. Le correcteur doit savoir à quoi s’attendre dans la suite de la copie.

Deux exemples :

Sujet 1 : «  La seule chose que peuvent faire des parents d’adolescents, c’est survivre »

Que pensez-vous de cette phrase de Winnicott ? Donnez un avis personnel.

Introduction :

Etre des parents d’adolescents n’est pas une tâche toujours confortable. C’est une période singulièrement difficile. Un moment où la patience des parents est soumise à l’épreuve de la patience et du lâcher-prise. C’est un moment rude pour les parents et davantage pour le jeune adolescent.

D’un côté, nous avons l’adolescent bouleversé et perdu devant son corps en grande mutation et de l’autre côté, nous avons les parents qui vivent difficilement les comportements déviants et perturbateurs, le sentiment d’avoir perdu leur «  bébé » jadis obéissant et calme.

Dans cette réalité complexe que peuvent-ils faire ? N’ont-ils pas d’autres choix que de survivre ? Faut-il baisser les bras et attendre que cela passe ? Ou au contraire, doivent-ils, au delà de la survie, être présents, jouer leur rôle de parents-conseillers, canalisateurs sans pour autant jouer aux inquisiteurs?

Sujet 2 : Maria Montessori, pédagogue italienne, rapportait ces propos qu’elle tenait d’un enfant de 5 ans : «  Aide-moi à faire tout seul ». Qu’en pensez-vous ?

Conseil :

N’oubliez pas d’établir un plan clair et précis avec :

  • Introduction
  • Développement avec une idée directrice à chaque partie.
  • Conclusion

Introduction :

D’une façon générale, l’éducation est la voie par excellence par laquelle l’enfant fait son entrée dans la vie sociale. Toute œuvre éducative, qu’elle soit familiale, scolaire ou sociale, a des objectifs parmi lesquels : la formation à l’autonomie est capitale.

Pendant les premières années de sa vie l’enfant est entièrement dépendant des adultes. Et une des aspirations profondes de l’éducation est de faire de cet enfant, dépendant, un être libre et autonome, désormais capable de s’assumer. N’est-ce pas pourquoi cet enfant de cinq ans demande à la pédagogue italienne de lui apprendre à faire tout seul ?

Dans le but de mieux examiner cette demande légitime de l’enfant, notre réflexion sera construite sur deux points essentiels. Le premier point sera une réflexion sur l’aide et le soutien que l’enfant attend de l’adulte et dans le second point, nous nous pencherons sur la relation entre le soutien à apporter à l’enfant et l’ouverture à l’autonomie et à l’indépendance de l’apprenant. L’autonomisation ne devrait-elle pas être l’objectif premier et principal de tout projet éducatif ?

b-     Le développement ou corps du travail.

La structure du développement dépend du type de sujet.

Le développement d’un sujet dialectique caractérisé la discussion et l’argumentation, sera structuré autour d’une thèse, d’une antithèse et d’une synthèse.

Tandis que le développement d’un plan comparatif suivra une logique progressive déférente : il commence par une définition élémentaire pour progressivement atterrir sur une définition plus rigoureuse et scientifique. Enchaine ensuite par une étude comparative des ressemblances, des points de similitudes entre les notions en face. Et enfin, une analyse des divergences, une présentation des points de différences, ce qui oppose les deux concepts, les deux faits ou les deux notions.

Celui d’un plan notionnel suit également un développement progressif. Il part d’une définition commune et générale à une définition philosophique. Ensuite, l’analyse de la notion : son actualité, son enjeu, son importance et les différentes notions parallèles. Les problématiques qu’elle soulève.

Pour réussir son développement, il est important d’aérer son argumentation, c’est-à-dire, structurer sa réflexion par paragraphe. Un paragraphe ne doit contenir qu’une seule idée.  L’idée est annoncée de façon claire et précise, ensuite elle est argumentée, expliquée et expliquée et enfin appuyée et illustrée par des exemples et des citations.

c-      La conclusion :

La conclusion, si elle est la dernière partie du travail, elle n’est pas moins importance que les parties précédentes. Elle comprend trois points principaux et tout comme l’introduction elle doit être intégralement rédigée sur le brouillon avant d’être recopiée sur la feuille.

–          Le rappel du sujet

–          La réponse à la question, la résolution que je propose au problème posé par le sujet.

–          L’ouverture du sujet.

Exemples :

Tout au long de notre réflexion nous nous sommes penchés  sur cette affirmation : La seule chose que peuvent faire des parents d’adolescents, c’est survivre. En conclusion, il paraît important que pour une meilleure traversée de cette période transitoire et pour une meilleure entrée dans l’univers des adultes la présence des parents est indispensable. Certes, la période est difficile pour les parents comme pour l’adolescent mais les parents ne peuvent pas se contenter de survivre. Même si l’adolescent les fuit, s’éloigne d’eux et éprouve de l’hostilité envers eux, il n’en demeure pas moins vrai qu’il a besoin d’eux, d’interlocuteurs et d’esprits ouverts. Le parent au-delà de la survie, est invité à établir un nécessaire dialogue ouvert avec l’adolescent pour amorcer certaines rebellions explosives et négocier certains virages délicats. Maintenir à tout prix le dialogue et la communication se serait-il pas un des meilleurs moyens pour le parent et l’adolescent de traverser cette période délicate ?

Exemple 2 :

Dans ce travail, nous avons analysé tour à tour, la nécessaire aide à apporter à l’enfant pendant les débuts de l’apprentissage et la question de l’autonomisation progressive de ce dernier. En conclusion, nous disons que l’éducation joue un rôle essentiel et incontournable dans le processus d’humanisation de l’enfant. Dans ce processus, le maître est central. Pour bien réussir sa mission d’éducateur, il se rend d’abord, présent, disponible et attentif aux besoins de l’enfant. Et ensuite, ce soutien doit aboutir à une seconde tâche fondamentale : rendre l’autonomie et l’indépendance possible à l’enfant. Il s’agit de répondre à son besoin existentiel : «  Aide-moi à faire tout seul ».

NB :

L’usage des citations, des exemples et des connecteurs logiques :

Les références philosophiques ne sont pas indispensables dans la mesure où l’on fait preuve de réflexion personnelle et d’un réel souci de dépassement de l’opinion. Toutefois, la réflexion mérite le plus souvent d’être soutenue par des auteurs qui ont pour la plupart consacré leur vie à la recherche philosophique. Leur travail nous donne des outils pour penser, des pistes de réflexion que l’on peut suivre en aucun cas les citations ne nous  dispensent de réfléchir. Chaque référence doit ainsi être amenée par un argument personnel et ne peut servir que de confirmation ou d’approfondissement par rapport à ce qui au départ vient de soi.

Les transitions  ou connecteurs logiques sont indispensables pour lier les différents éléments de la progression, les différents mouvements entre eux, et pour donner un sens clair à l’orientation choisie. Elles ont deux fonctions : synthétiser le mouvement précédent par une affirmation claire et récapitulative par rapport au sujet, et annoncer le mouvement suivant si possible sous la forme d’une ou plusieurs question(s) bien centrée(s) sur le sujet, elles exposent l’état du problème philosophique et le redéfinissent afin de maintenir une continuité dans l’argumentation.

L’exemple est nécessaire, il permet de présenter les conditions de mise en scène, de représentation et de travail de la notion abstraite, donc le plan de l’expérience réelle ou possible. Le bon exemple est celui qui nous introduit dans   la chaîne de vérification de la vérité de ce qu’on avance, il doit mener la réflexion vers le concept et doit conduire le lecteur vers l’intelligence de l’idée. Le bon exemple a de réelles vertus : communiquer, donner matière à explication, illustrer, faire apparaître, permettre de vérifier la compréhension dans les travaux pratiques de la description, mais surtout, il doit faire venir les concepts, permettre de les convoquer, d’en montrer la puissance explicative.

                                                              Théra

Publicités
Catégories : Philosophie, Sujets de langue française | 5 Commentaires

Navigation des articles

5 réflexions sur “Dissertation philosophique, Méthode, exemple

  1. de citron

    Merci pour vos conseils, je dois écrire une dissertation sur Winnicott et sa célèbre phrase sur l’adolescence et vous m’avez bien aidé. Merci et bonne continuation.

    Zess

    J'aime

    • THERA

      Bonjour Zess,

      Juste te dire que je suis ravi que tu sois passée par ici. Merci pour
      ton petit encourageant. N’hésite de partager avec nous des devoirs, dissertations, poème ou tout écris qui te tient à coeur.

      Merci encore et bienvenue

      J'aime

  2. La dissertation qui peut paraître un peu rébarbative reste pourtant cruciale pour apprendre à structurer sa pensée et concevoir une réflexion non manichéenne.

    J'aime

    • Tout à fait, elle peut aider à ordonner la pensée, à cultiver une certaine cohérence dans la réflexion avec un peu d’entrainement.

      J'aime

  3. Pingback: Dissertation philosophique, Méthode, exemple | Les bribes du sens: PENSER, AGIR, CONSTRUIRE...

Welcome !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :