Archives quotidiennes : 20 janvier 2014

réflexion, l’existence humaine,:Rien ne t’appartient

réflexion, l’existence humaine,:Rien ne t’appartient.

Catégories : Philosophie | Poster un commentaire

réflexion, l’existence humaine,:Rien ne t’appartient

 

« Vanité des vanités, dit l’Ecclésiaste, vanité des vanités, tout est vanité. Quel avantage revient-il à l’homme de toute la peine qu’il se donne sur cette terre ? Une génération s’en va, une autre arrive, et la terre subsiste toujours. Le soleil se lève, le soleil se couche… »

Rien ne t’appartient…

Ce monde n’est-il qu’un mirage ? Une chimère où rien n’est acquis ? Le diable joue avec nous et avec lui rien n’est acquis et tout part si vite comme dans un carting où ta future carcasse est garée dans ton parking !

Le jour se lève et mon heure fait encore un pas. Je me donne des coups avec la main chaque jour pour rendre à Dieu mon corps intact car toutes mes affaires en fait s’appellent revient et quand je serais dans ma tombe, personne ne me dira je te rejoins.

A la mairie elle t’appartient pour la vie. Hélas ! 5 ans plus tard, avec un autre, elle part pour la vie. Quand au succès il ne t’appartient pas, ne t’accroche pas car, si tu loupes, le public te fait un croche patte. Tout ce qu’on te prête, tu le rends, même ce que tu bouffes pour ta survie, on te le réclame. Voici un choc ! Celui que j’ai reçu quand je me suis rendu à l’évidence que j’étais seul. Et je me suis dit frère, il me reste la Foi…

Rien ne t’appartient…

Tu t’accroches aux biens matériels, aux amis, à ta famille, toutes ces choses qui t’animent, s’arrêteront un jour et freineront ta joie de vivre. Au fond, tes attaches et tes habitudes sont aussi limitées.

A vouloir tout posséder tu finis par rien avoir. L’on n’ignore pas que tu nous quitteras mais notre âme refuse de voir et de savoir. Si la vie est une prison le bonheur ne serait-il pas au parloir ? Tu t’es vendu pour du liquide car ton bonheur n’est qu’un passoir. Accroché au matériel, ceci n’est qu’une illusion, que des soucis à te noyer, il faut que tu nages.

Rien ne t’appartient…

T’aimais madame à en mourir, aujourd’hui c’est lui qu’elle aime avec la même «  folie » qu’il y avait vos « nuiterrelle ». Le propriétaire ne sait que louer une terre jusqu’à sa mort. Ce monde t’appartient autant qu’hitler avait de remords. La vie est-elle une illusion à la quelle l’on s’accroche ? Où la plus grande des convictions pour laquelle l’homme devient cruel ?

Tout est voué à la décrépitude et à la déchéance : les belles villas, les grandes marques de voitures, chaussures…si pieds sous terre rongé par les vers, tout t’est voué à l’échec quel que soit ton style de vie, sous terre même tes amis te laissent.

On te laisse seul sans tes soucis, sans tes frôlons seul…

On te laisse seul sans tes mômes et sans ton salon, seul….

Rien n’est à toi ni ta femme ni tes marmots ni tes biens, rien ne t’appartient

Pourquoi sommes-nous venus sur terre ?

k4609542

La pensée du WATI. B

Publicité
Catégories : Actualité, Philosophie, POESIE | Étiquettes : , , | 2 Commentaires

Paris, actualité, En 1879, le maire de Paris était noir : le saviez-vous ?

Paris, actualité, En 1879, le maire de Paris était noir : le saviez-vous ?.

Catégories : Philosophie | Poster un commentaire

Paris, actualité, En 1879, le maire de Paris était noir : le saviez-vous ?

 
En 1879, le maire de Paris était noir : le saviez-vous ?
Severiano de Heredia, fils d’esclaves affranchis, fut nommé en 1879 président du Conseil
municipal de Paris. Cependant, depuis sa disparition en 1901, son nom a été effacé des livres
d’histoire de France. En 1879 le maire de Paris était noir le saviez vous (1)
Paris sait-il qu’il y a moins de cent cinquante ans son maire était noir? Le livre, «Ce mulâtre que Paris fit
maire et la République ministre», du prof esseur émérite à l’université de Paris-VIII Paul Estrade, présenté
vendredi dernier à l’Assemblée nationale f rançaise, préf acé par la première députée noire de la capitale,
Georges Pau-Langevin, retrace le parcours de Severiano de Heredia, tombé aux oubliettes de la IIIème
République f rançaise.
Franc-maçon, ce f ils d’esclaves af f ranchis d’origine cubaine et cousin direct du poète José Maria de
Heredia, représentait à l’époque la modernité et l’évolution de la pensée contemporaine. «Il marchait aux
côtés des défenseurs de la presse libre et soutenait l’effort de la révolution industrielle. Il partageait aussi les
idées de Jules Ferry pour la laïcité dans la vie publique», rappelle Paul Estrade.
L’auteur a épluché les archives de la police de Paris, de la Bibliothèque nationale, du Grand orient de
France, ainsi que les archives cubaines af in de rétablir l’histoire. «En France, seul l’archiviste du Grand orient
de France avait remarqué son nom clinquant et son rang éminent au sein de la hiérarchie maçonnique. Mais il
ne s’avait pas qu’il était noir.» Severiano de Hérédia a été élu conseiller municipal du quartier des Ternes en
1873, puis président du conseil de Paris en 1879 et député de la Seine en 1881. Il devient en 1887 le premier
ministre noir des Travaux publics. Un ministère de plein pouvoir dans le gouvernement Rouvier. «Severiano
de Hérédia était un grand réformiste social et laïc», résume l’auteur.
«Le colonialisme a conduit Heredia à sa perte», annonce l’auteur. «Alors que l’on justifie les conquêtes
africaines pour civiliser les populations noires, il était assez contradictoire d’avoir un mulâtre au sein du
gouvernement français», ajoute-t-il dans son livre. Son déclin a commencé à se préciser durant l’Exposition
coloniale de 1886 au jardin d’Acclimatation, où les populations indigènes étaient exposées comme des
animaux.
Après ses échecs aux élections législatives de 1889 et de 1893, il se retire de la scène politique, pour se
consacrer à la littérature. Le colonialisme et la Première Guerre mondiale f ont alors tomber dans l’oubli celui
qui f ut le premier ministre «non blanc européen». Il meurt le 9 f évrier 1901 à son domicile parisien de la rue
de Courcelles, sans avoir jamais été décoré de la Légion d’honneur. Il n’est même pas mentionné sur la
stèle des célébrités du cimetière des Batignolles, où il est enterré, ni dans les dictionnaires et
encyclopédies populaires actuelles. Aucune trace de son nom dans le Paris d’aujourd’hui ou ailleurs en
France. Il est le créateur des bibliothèques municipales à Paris et, à la suite de Victor Hugo et Jules Ferry,
président de l’association Philotechnique. Ce grand républicain classé au cimetière des oubliettes f ait partie
de ces Noirs qui ont f ait la France. Le site de l’Assemblée nationale lui consacre néanmoins une courte
biographie.
Paul Estrade, Severiano de Heredia. Ce mulâtre cubain que Paris f it «maire», et la République, ministre.
Éditions Les Indes savantes, 2011, 162 pages.
Ces articles peuvent aussi vous intéresser :
Face à la f ronde de Barro Chambrier, le PDG va-t-il f aire tourner «la planche a billets »
?
Ousmane Sow, le Noir des Beaux-Arts
Mandela Day : les larmes des héros du monde pour leur super héros
Mairie de Libreville : Jean-François Ntoutoume Emane, out !
Insalubrité : Ntoutoume Emane accuse l’Etat

 

Source: gabo nreview.co m http://gabo nreview.co m/blo g/en-1879-le-maire-de-paris-etait-no ir-le-saviez-vo us/
Illustratio n d u livre , «Ce mulâtre q ue Paris fit maire e t la Ré p ub liq ue , ministre . © D.R.
Désiré-Clitandre Dzo nteu

Catégories : Philosophie | Un commentaire

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :