Du sang, encore sang et toujours du sang pourquoi ?

Du sang, encore sang et toujours du sang pourquoi ?

Des rebelles, encore des rebelles et toujours des rebelles. Ils reprochent toujours au gouvernement sur place de mal faire, de ne pas être compétent, de ne pas être les hommes capables de gérer la chose publique. Par conséquent il faut du changement, il faut changer les choses. Et donc il faut eux et eux seuls pour ce changement. Eux seuls sont compétents, capables d’offrir aux peuples opprimés, trompés et malmenés par la classe dirigeante sur place, la sécurité et le bien-être. En un mot, ils disent que rien ne va, que le pays va mal. Ainsi décidés, déterminés, ils font tous les chemins, fraient leur voie, celle qui les conduira tôt ou tard, contre vents et marrées à la tête des choses, à être maîtres du bien de tous. En tout cas beaucoup finissent par y accéder. La situation est dramatico-tragique. Des spectacles inhumains, barbares et d’une sauvagerie toujours aussi surprenantes qu’étrangers produits par ces règnes de petits militaires ignorants, barbares et souillards. Un drame que peut-être nous nous fatiguerons un jour d’évoquer, de dire ou d’écrire, parce qu’il nous aura engloutit, qui sait !? car ce chao dévastateur écrase tout, détruit tout, ne laisse derrière lui que des cadavres, des maisons pillées et vidées de leurs biens, des milliers de blessés dont la majorité ne pourra pas atteindre les hôpitaux à moitié dévastés eux aussi, mal épuisés et transformés en mouroirs. Oui je m’interroge encore une fois sur le drame politique. Les faits sont là, toujours et nous hantent. Le règne d’Adis Camara en Guinée Conakry nous a présenté, jour et nuit, des ignominies des plus familières aux plus surprenantes. Après de milliers de morts, de blessé, après avoir enfoncé encore davantage un peuple déjà pauvre dans une misère que nos mots peinent à qualifier, la Guinée essaie, de nouveau, de repartir et d’Adis se cherche dans le pays du « pseudo-grand médiateur » des pays Ouest africain. Depuis une année maintenant, le Mali ne cesse de chavirer, de descendre aux enfers. Parce que un inconnu, un autre capitaine, un certain Sanogo et ces troupes mal préparés ont décidé que le pouvoir sur place était corrompu et incompétent el qu’il fallait du changement. ATT fut éjecté et réduit au silence de la façon la plus banale. Ils ont renversé le pouvoir ils se sont installés tant bien que mal. Bousculés et contrecarrés, ils durent sans le vouloir, plier bagage. Car coincés par-ci par-là par les embargos lâcher le morceau était l’unique porte de sortie, du moins en ces temps-là. Ils étaient venus pour sauver le pays de la division, chasser les islamistes et assurer au peuple malien la sécurité. Aujourd’hui au mali on ne peut dire que c’est la sécurité, loin de là. L’armée malienne déstructurée, faible et misérable n’a jamais pu tenir tête aux islamistes encore moins repousse la moindre attaque. Tout malien vous dira aujourd’hui que le Mali n’a pas une armée. Et il ajoutera avec sincérité que si le peuple survit encore, si tout le peuple malien n’est pas encore réduit à royaume de manchot, de veuves et d’orphelins c’est grâce à l’action de l’armée française. Aujourd’hui le malien se trouve coincé, voyant s’installer tous les jours qui passent la misère, la pauvreté et même la honte. Même formée, entrainée par plus de trente formateurs de divers pays l’armée malienne pourra-t-elle reconquérir la partie Nord du pays, contrer les islamistes, le NLMLA, déjouer les kamikazes ? En tout cas c’est très tôt de se prononcer. L’histoire nous dira si l’envahisseur nous laisse le temps. Mais en attendant petit conseil : évitons l’illusion.

Faisant un détour par la République Centrafricaine. A Bangui actuellement c’est le chao. C’est la débandade généralisée. Le pouvoir est dans la rue, alors c’est le sauve qui peut. L’ex-président, maître des lieux, jadis, a pris la fuir. Il a abandonné son peuple et il s’est sauvé avec sa suite et je suis sûre qu’il n’a pas oublié d’embarquer avec lui le reste du trésor centrafricain, enfin je crois. A leur arrivée, général et-ils, ses hommes nous cassaient les oreilles avec les mêmes conneries: « Le peuple centrafricain a souffert pendant longtemps, nous sommes venus pour sauver notre peuple, redonner au peuple centrafricain l’espoir d’un lendemain meilleur, patati patata… ». Aujourd’hui au lieu de la sécurité c’est la terreur dans tout le pays. Voyons comme ça fonctionne, ils s’en vont chercher des prétendues armes cachées dans quartier. Le quartier est bouclé, les militaires fouilles les maisons les unes après les autres. Avec quoi ressortent-ils, des Frigos, des réfrigérateurs, des téléviseurs et d’autres matériels du même genre, tout sauf des armes. Comme si le pillage ne suffisait pas, ils tirent froidement sur des civiles sans défense, combien de femmes seront-elles violées, battues et abattues combien d’hommes disparaitront ?

Oui, c’est triste vraiment triste des rebellions, des guerres civiles pour combien de temps ? En tout cas, la guerre c’est comme l’amour vous savez quand ça commence mais pas quand ça va finir. Chacun devra-t-il encore se tourner résolument vers son dieu, le réveiller au cas où il s’était endormis …

 

THERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Publicités
Catégories : ACTUALITE | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “Du sang, encore sang et toujours du sang pourquoi ?

  1. sorelle

    seule la prière peut sauver dans ces cas là, alors toutes les églises du monde entier doivent unir leur force en prière pour que le Seigneur n’abandonne pas ses enfants plus longtemps .

    J'aime

Welcome !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :