Commentaire composé, consulté le corrigé, niveau Tle

Commentaire composé.

Dégagez l’intérêt philosophique de ce texte à partir de son étude ordonnée.

Athéniens, je vous honore et je vous aime, mais j’obéirai plutôt au dieu qu’à vous ; et tant que je respirerai et que j’aurai un peu de force, je ne cesserai de m’appliquer à la philosophie, de vous donner des avertissements et des conseils, et de tenir à tous ceux que je rencontrerai mon langage ordinaire : ô mon ami ! Comment, étant Athénien, de la plus grande ville et la plus renommée pour les lumières et la puissance, ne rougis-tu pas de ne penser qu’à amasser des richesses, à acquérir du crédit et des honneurs, sans t’occuper de la vérité et de la sagesse, de ton âme et de son perfectionnement ? Et si quelqu’un de vous prétend le contraire, et me soutient qu’il s’en occupe, je ne l’en croirai point sur sa parole, je ne le quitterai point ; mais je l’interrogerai, je l’examinerai, je le confondrai, et si je trouve qu’il ne soit pas vertueux, mais qu’il fasse semblant de l’être, je lui ferai honte de mettre si peu de prix aux choses les plus précieuses, et d’en mettre tant à celles qui n’en ont aucun. Voilà de quelle manière je parlerai à tous ceux que je rencontrerai, jeunes et vieux, concitoyens et étrangers, mais plutôt à vous, Athéniens, parce que vous me touchez de plus près ; et sachez que c’est là ce que le dieu m’ordonne, et je suis persuadé qu’il ne peut y avoir rien de plus avantageux à la république que mon zèle à remplir l’ordre du dieu : car toute mon occupation est de vous persuader, jeunes et vieux, qu’avant le soin du corps et des richesses, avant tout autre soin, est celui de l’âme et de son perfectionnement. Je ne cesse de vous dire que ce n’est pas la richesse qui fait la vertu ; mais, au contraire, que c’est la vertu qui fait la richesse, et que c’est de là que naissent tous les autres biens publics et particuliers.
Platon, Apologie de Socrate, 29d-30b

Proposition de corrigé

 Le texte qui nous est proposé est extrait d’un ouvrage de Platon intitulé l’Apologie de Socrate (section 29d.30b). Platon dans son livre expose la pensée de son maitre Socrate selon laquelle la justice devrait être le leitmotiv de tout philosophe. Dans cet extrait, Platon met en évidence la place de la vérité dans la société. Aussi, qu’est ce qui fait la valeur  d’un homme ? Pour une meilleure compréhension de ce texte, nous expliquerons les limites de sa réflexion et enfin nous présenterons les importances du teste du point de vue philosophique.

Pour Socrate, la vertu détermine la valeur d’un individu c’est-à-dire que plus un homme est vertueux, plus il a de la valeur. Ainsi, Socrate se donne comme mission de persuader ceux qu’il rencontrera que, ce ne sont ni les biens ni les richesses qui déterminent leur valeur mais plutôt la vertu. Pour cela, Socrate fait usage de la maïeutique c’est-à-dire qu’il pose à ceux qu’il est amené à rencontrer une série de questions : « je l’interrogerai, je l’examinerai ». En effet, de la ligne 4 à la ligne11, Socrate, pour convaincre les Athéniens, leur fait comprendre à travers un questionnement, qu’ils doivent non pas chercher la richesse et le bien-être comme ils le font, mais qu’ils devraient au contraire se retourner et rechercher des vertus comme la sagesse et la vérité : « ne rougis-tu pas de ne penser…….de ton âme et de son perfectionnement ? ». Socrate fait également comprendre aux Athéniens que si en plus de privilégier la recherche des biens naturels, ils s’hasarderaient à le tromper et à lui cacher la vérité quant à leur faire « honte de mettre si peu de prix aux choses les plus précieuse ».
Par ailleurs, Socrate continue en conseillant les Athéniens de la ligne 11 à la ligne 17. Il pense qu’il est de son devoir d’obéir “au dieu“ c’est-à-dire à ce démon qui l’habite depuis l’enfance et qui a toujours raison- en persuadant les Athéniens qu’il est plus important de s’occuper de son âme que de son corps c’est-à-dire qu’il est mieux pour un homme d’être vertueux que d’être riche et en bonne santé.
De plus, Socrate, de la ligne 17 à la ligne 19 pour convaincre indéniablement les Athéniens leur affirma que la richesse n’apporte pas la vertu mais que l’homme vertueux reçoit ou gagne inévitablement des richesses. Donc, puisque les hommes aiment les richesses, Socrate le leur promet à condition d’être vertueux. Ainsi, Socrate tente divers moyens pour convaincre les Athéniens que l’homme est valeureux lorsqu’il est vertueux. Seulement, n’existe-t-il pas des limites à la pensée de Socrate ?
On remarque que, le raisonnement de Socrate présente quelques failles. En effet, dans l’Apologie de Socrate, Socrate prétend ne pas être enseignant et se dégage de la responsabilité de tout Athénien qui aie bien ou mal tourné car affirme-t-il, il n’est maître de personne et ne reçoit aucune rémunération pour la connaissance qu’il partage. Or, nous constatons que Socrate applique la philosophie à travers la maïeutique : « philosopher c’est accoucher les esprits » sur les athéniens et par le même fait leur dispense un enseignement et par conséquent est donc responsable de tout homme vertueux qu’il a influencé. Socrate apprend aux athéniens qu’il est mieux d’être vertueux que d’être riche : il les enseigne donc.
En outre, dans le texte, Socrate se dit dirigé et inspiré par son “démon“. Ainsi, le philosophe Socrate, dispense un enseignement sur la vérité et la vertu premièrement parce que son “démon“ le lui a ordonné ; la philosophie ne vient qu’en deuxième position comme leitmotiv de son enseignement. Cependant, la raison est censée être le principe fondamental de Socrate et par là, la maxime principale de son enseignement aux athéniens à propos de la vertu ne devrait pas provenir de son démon mais de sa logique et de son enseignement.
Enfin, Socrate affirme dans le texte que l’homme vertueux gagne des richesses or nous savons tous que Socrate était un homme pauvre. Ainsi, on peut imputer à Socrate un mensonge ; car comme il le dit tout au long de l’Apologie de Socrate, il est un homme honnête qui combat l’injustice. En bref, un homme vertueux mais, Socrate n’a pas de bien ni de richesse néanmoins, il promet quand même aux athéniens des richesses s’ils deviennent vertueux. Ainsi, Socrate dans son raisonnement se contredit parfois et se trompe mais ce raisonnement là ne présente-t-il pas des intérêts pour tout un chacun ?
Nous pouvons souligner que ce raisonnement de Socrate nous introduit et nous apprend des choses peut-être que nous ignorons. Ainsi, nous pouvons noter dans le texte un intérêt didactique car dans le texte, Socrate nous instruit moralement quand il affirme que : « la vertu fait la richesse », dans la mesure où il insiste en chacun de nous un besoin d’être vertueux, honnête envers lui-même et envers la société et ainsi nous permet de respecter autrui et en lui servant d’exemple vertueux.
Par ailleurs, il ressort aussi de ce texte un intérêt métaphasique car, Socrate parle du “dieu“ plus précisément du “démon“  qui l’habite depuis l’enfance et qui lui dit ce qu’il ne faut pas faire. Ainsi, nous voyons dans ce texte les rapports entre Socrate et la voix qui le hante. Nous pouvons également noter cette force et ce pouvoir qu’elle exerce sur le philosophe – un pouvoir plus fort même que sa passion : la philosophie de telle sorte qu’il lui est impossible de lui désobéir. Par les rapports existants entre Socrate et la voix qui est à l’intérieur de lui  nous pouvons aussi peut-être trouver le maximum de certains actes que nous posons inconsciemment et comprendre des relations existantes entre l’homme et l’absolu. De même, on note aussi un intérêt littéraire du fait du style platonicien. Ainsi, Platon fait passer ses propres pensés par le personnage de Socrate. Il utilise le discours direct mais irréel pour non seulement donner des détails par rapport au procès et à la condamnation de Socrate mais aussi pour nous communiquer sa philosophie

A la fin de cette étude dont la problématique était de connaître les faits qui déterminent la valeur morale des individus, nous pouvons dire que les vertus jouent un rôle important, sur l’aspect moral des individus. C’est à dire qu’il faudrait observer non seulement les actions que posent les hommes mais également les motivations profondes de ces actions qui seraient sans doute bonnes dans le cas où ces hommes là seraient vertueux. La question que l’on se pose dès lors est celle deb savoir si ce qui est vrai et vertueux est toujours en accord avec la justice.

fait par MBANGO TIMBA Adèle, Tle ses

Catégories : Sujets de langue française | 4 Commentaires

Navigation des articles

4 réflexions sur “Commentaire composé, consulté le corrigé, niveau Tle

  1. maella

    c un tres bon commentaire il est claire

    J'aime

  2. betheuze

    Remarques
    l’annonce du plan est à revoir.Il fallait dans ce texte établir le lien entre la philosophie et Dieu.Précisez que le Dieu de Socrate est la raison différent du Dieu de la religion revélée .Vous avez bien compris en quoi consiste l’enseignement socratique dans ce texte.Enseignement basé sur la maieutique.Des notions comme:la richesse,lumières sont à revoir.platon n’est pas matérialiste à la manière de marx qui priviligie la matière.L a richesse ici renvoie à la richesse spirituelle .de meme en expliquant la notion de lumières dans cet extrait on pouvait par intertextualité voir un lien avec le mythe de la caverne de platon et de la place du philosophe dans la cité.Enfin evitez le commentaire linéaire du genre ligne 4à 11,11à17,17à19
    COURAGE

    J'aime

  3. ESSENGUE

    Bon travail 😉

    J'aime

Welcome !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :