Commentaire composé, Niveau 1ère ( Consultez le corrigé)

Thème

« […] oubliez-moi ! Pourquoi faut-il que je vous aie connue ? Pourquoi étiez-vous si belle ? Est-ce ma faute ? Ô mon Dieu ! Non, non n’en accuser que la fatalité ! »
-Voila un mot qui fait toujours de l’effet, se dit –il.
« Ah ! Si vous eussiez été une de ces femmes au cœur frivole comme on en voit, certes, j’aurais pu par égoïsme, tenter une expérience alors sans danger pour vous. Mais cette exaltation délicieuse, qui fait à la fois votre charme et votre tournant, vous a empêchée de comprendre, adorable femme que vous êtes, la fausseté de notre position future. Moi non plus, je n’y avais  pas réfléchi d’abord et je me reposais à l’ombre de ce bonheur idéal, comme à celle du mancenillier , sans prévoir les conséquences. »
–    Elle va peut être croire que c’est par avarice que j’y renonce…
Ah ! N’importe ! Tant pis, il faut en finir !
«  Le monde est cruel, Emma. Partout où nous eussions été, il nous aurait poursuivis. Il vous aurait fallu subir les questions indiscrètes, la calomnie, le dédain, l’outrage peut-être. L’outrage à vous ! Oh !…Et moi qui voudrais  vous faire asseoir sur un trône ! Moi qui emporte votre pensée comme un talisman ! Car je me punis par l’exil de tout le mal que je vous ai fait. Je pars. Où ? Je n’en sais rien, je suis fou ! Adieu ! Soyez toujours bonne ! Conservez le souvenir du malheureux qui vous a perdue. Apprenez mon nom à votre enfant, qu’il le redise dans ses prières. »
La mèche des deux bougies tremblait. Rodolphe se leva pour aller fermer la fenêtre, et, quand il se fut rassis :
-Il me semble que c’est tout. Ah ! Encore ce signe, de peur qu’elle ne vienne à me relancer :
« Je serais loin quand ces tristes lignes, car j’ai voulu m’enfuir au plus vite afin d’éviter la tentation de vous revoir. Pas de faiblesse ! Je reviendrai,  et peut être que plus tard, nous causerons ensemble très froidement de nos anciens amours. Adieu ! »
Et il y avait un dernier adieu, séparé en deux mots A A Dieu ! Ce qu’il jugeait d’un excellent goût.
-Comment vais-signé, maintenant ? Se dit-il. Votre tout dévoué ?…Non. Votre ami ?…Oui, c’est cela.
Il relut sa lettre. Elle lui parut bonne.
-Pauvre petite femme ! Pensa-t-il avec attendrissement. Elle va me croire plus insensible qu’un roc ; il eût fallu quelques larmes là-dessus ; mais, moi, je ne peux pas pleurer ; ce n’est pas ma faute. Alors, s’étant versé de l’eau dans un verre, Rodolphe y trempa son doigt et il laissa tomber de haut une grosse goutte, qui fit une tâche pâle sur l’encre ; puis, cherchant à cacheter la lettre, le cachet Amor nel cor  se rencontra.
-Cela ne va guerre à la circonstance…Ah bah ! N’importe !
Après quoi  il fuma trois pipes et s’alla coucher.
Flaubert, madame Bovary, II, 13.

Commentaire composé
Sujet :
Sans dissocier le fond de la forme, vous ferez de ce texte un commentaire composé. Vous pouvez par exemple tout en étant attentif aux procédés d’écriture employés, montrez comment l’auteur à travers une parodie de lettre présente deux portraits antagonistes.

Sujet proposé par Mr BETHEUZE, professeur de français et Philosophe.

PROPOSITION DE CORRIGE

Situation de texte : Emma Bovary, jeune provinciale romanesque et insatisfaite est devenue la maîtresse d’un séducteur Rodolphe Boulanger, avec lequel elle veut s’enfuir.
Idée générale : Dans cet extrait, l’amant d’Emma vite lassé par cette liaison amoureuse de Charles Bovary ; à la veille de leur départ rédige une lettre de rupture.
Plan possible
Premier centre d’intérêt : une parodie de lettre amoureuse.
1)    Le mélange de genres littéraires : lettre, roman.
Le roman avec le dialogue associé au récit (tirets, propositions incises « se dit-il »l’emploi du passé simple « il fuma »
Tous ces éléments font penser au narrateur et au récit.
Autres
2)    Une parodie de lettre privée et amoureuse.
a)    L’emploi des pronoms personnels « moi » et « vous » expression de la distance et du détachement de l’amant d’Emma.
b)    L’absence des termes affectifs et le lexique dépréciatif utilisé par le destinateur de la lettre avec la personnification « triste lignes ».
c)    Le refus de la signature avec l’interrogation  oratoire « comment vais-je signer maintenant ? »
d)    L’emploi du cachet (cacheter la lettre) langage non verbal utilisé pour la lettre officielle et non adapté à la lettre  privée et amoureuse.
e)    Le choix judicieux du mot et de  l’adjectif  possessif « Votre ami » et non « ton ami » ou « ton  amant » expression de la distance.
Autres
Deuxième centre d’intérêt : Les portraits des personnages.
1)    Rodolphe Boulanger un séducteur cynique, sadique, fourbe et insensible.
a)    La séduction avec le lexique de l’éloge et de la flatterie, le lexique dépréciatif (votre charme, adorable femme. « Et moi qui voudrais vous faire assoir sur un trône ».
b)    La fourberie et l’insensibilité de Rodolphe Boulanger.
Le désir de culpabiliser Emma et de se présenter comme victime par l’interrogation oratoire « pourquoi étiez-vous si belle ? » et l’emploi de la tonalité tragique  « non, non n’en accusez que la fatalité ! »
c)    Un personnage insensible à la comparaison. « Elle va me croire plus insensible qu’un roc »
La détermination d’une séparation, avec les assertions catégoriques « tant pis, il faut en finir ! ».
d)    La fourberie de Rodolphe Boulanger par la généralisation abusive  avec l’emploi du présent de vérité générale « le monde est cruel »
L’onomastique du mot Boulanger (rouler dans la farine) Rodolphe Boulanger a roulé dans la farine Emma Bovary.
L’utilisation de l’eau à la place des larmes « Moi je ne peux pas pleurer ».
e)    Le cynisme et le sadisme du personnage.

•    Le lexique de la séparation et l’absence de remords. « Oubliez-moi »,et la paronomase  « Adieu », « À Dieux » qui assimilent cette séparation à la mort.
•    Un amour  déjà relégué au passé avec l’emploi de l’adverbe modélisateur et du langage non verbal  « froidement » dans la phrase : « Nous causerons ensemble très froidement de nos anciens amours ». pour susciter le désespoir chez Emma Bovary
•    Le sadisme du personnage dans la phrase : « Et il y avait un dernier adieu, séparé en deux mots À Dieu ! Ce qu’il jugeait d’un excellent gout ».
•    Le désir de troubler éternellement Emma avec les injonctions « Apprenez mon nom à votre enfant, qu’il le redise dans ses prières », « Conservez le souvenir du malheureux qui vous a perdue ».
•    L’assimilation d’Emma au poison ou au diable. (La métaphore et la comparaison « je me reposais à l’ombre de ce bonheur idéal comme à celle du mancenillier ». Le mancenillier étant l’arbre du poison ou de la mort ou encore l’expression « j’ai voulu m’enfuir au plus vite afin d’éviter la tentation de vous recevoir ». Le mot tentation fait penser au diable.

2)    Emma Bovary, une femme romanesque, naïve infidèle.
•    Un personnage totalement abandonné à son amant (la comparaison « moi qui emporte votre pensée comme un talisman).
•    Une femme naïve (l’antithèse votre charme et votre tourment, a empêché de comprendre adorable femme que vous êtes, la fausseté de notre position future »).
•    Une femme victime de l’infidélité et inconsciente. (L’énumération « il vous aurait fallu subir. Les questions indiscrètes, la calomnie, le dédain, l’outrage peut-être »)
•    La légèreté et le manque de personnalité d’Emma (l’emploi de l’ironie ou de l’antiphrase «Soyez toujours bonne » pour dire «  soyez toujours infidèle ou naïve ».

Les intérêts du texte
Les intérêts didactiques :
•    La dénonciation de l’infidélité par ses conséquences.
•    L’intérêt dramatique. Emma aura-t-elle un autre amant ou va-t-elle se suicider ?
•    L’intérêt littéraire ou esthétique. (le mélange des genres littéraires et les procédés d’écriture utilisés. Ouverture du débat par l’inter textualité. Le personnage de Rodolphe Boulanger n’est-il pas proche du séducteur cynique de Molière Dom Juan ?

 

Publicités
Catégories : Sujets de langue française | Poster un commentaire

Navigation des articles

Welcome !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :