Archives quotidiennes : 26 décembre 2011

Candidat à 85 ans à la présidentielle !

Le président sénégalais Abdoulaye Wade a réaffirmé, jeudi lors de l’ouverture de la conférence mondiale des maires noirs à Dakar, son intention de briguer un troisième mandat en février 2012, estimant que le débat sur l’irrecevabilité de sa candidature est clos.

Le chef de l’Etat sénégalais a révélé savoir que l’opposition est allée dire aux occidentaux de lui attribuer le prix Nobel de la paix s’il renonce à se présenter à l’élection présidentielle de 2012, mais il ne le fera pas.

« C’est un débat complètement terminé (..). Nous préparons notre congrès du 23 décembre. Nous sommes en pré-campagne et on va gagner », a-t-il déclaré jeudi 15 décembre à Dakar.

Refuser sa candidature à deux mois de l’élection présidentielle, c’est empêcher la majorité des Sénégalais d’avoir un candidat, a-t-il affirmé.

Avocat de profession, le libéral Abdoulaye Wade dirige le Sénégal depuis 2000 après quarante ans de pouvoir socialiste. Il a été réélu dès le premier tour en 2007 au cours d’un scrutin contesté par les principaux partis de l’opposition. Le président sortant a annoncé en 2009 qu’il se représentera en 2012, après avoir dit le contraire après sa réélection de 2007.

Sa candidature est soutenue par ses partisans tandis qu’elle est contestée par le Mouvement du 23 juin (M23, regroupant l’opposition et la société civile), arguant qu’il a déjà épuisé ses deux mandats légaux.

Sa candidature est soutenue par ses partisans tandis qu’elle est contestée par des opposants et une partie de la société civile sénégalaise, arguant qu’il a déjà épuisé ses deux mandats légaux, ce à quoi Me Wade répond qu’ « il faut qu’on laisse au Conseil constitutionnel de dire qui sera candidat et au peuple de désigner qui sera président ».

Le Conseil constitutionnel doit publier fin janvier 2012 la liste des candidats autorisés au scrutin présidentiel, dont le premier tour est prévu le 26 février 2012. Pour le M23, « une décision du Conseil constitutionnel en faveur du président Wade pourrait constituer un facteur aggravant de conflit, de tension et de violence dont il est difficile de prévoir les conséquences ».

 

Catégories : ACTUALITE | Un commentaire

Le Racisme: Ils dénoncent le racisme …

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi dans les rues de Florence, capitale régionale de la Toscane au centre d’Italie, où deux vendeurs ambulants sénégalais ont été tués et trois autres blessés par un militant d’extrême droite.

Aux cris de « Pas de racisme, non au racisme », les manifestants, 10.000 selon la police, et 12.000 selon les organisateurs, ont défilé dans les rues de Florence. Beaucoup de citoyens ordinaires, des militants de syndicats et des partis politiques et diverses associations anti-racistes ont participé à la manifestation.

En tête du cortège, le maire Matteo Renzi, le gouverneur de la Toscane, Enrico Rossi et les leaders du Parti démocrate Pier Luigi Bersani et Rosy Bindi, mais aussi Diaw Pape, le porte-parole de la communauté sénégalaise.

« Nous voulons aujourd’hui être à l’aube d’un nouvel espoir pour que nos frères ne soient pas morts en vain », a déclaré à la presse M. Pape Diaw. « Nous devons travailler vraiment pour la coexistence pacifique et le respect. Cela doit être une vraie lutte et pas seulement une façade », a-t-il ajouté.

Des centaines de personnes ont également manifesté samedi à Milan (nord), tandis que des immigrés sénégalais ont protesté à Bologne (centre) et Naples (sud).

Pour rappel, les deux Sénégalais, Mor Diop et Modou Samb, ont été tués froidement, mardi 13 decembre, par un membre de l’organisation néofasciste Casa Pound. Un troisième, âgé de 37 ans, a été conduit dans un état jugé très grave dans un hôpital de la capitale toscane. Il restera paralysé à vie, selon un porte-parole de la police.

Le tireur, un certain Gianluca Casseri, 50 ans, qu’un forum raciste a déjà élevé au rang de héros, a blessé deux autres vendeurs ambulants avant de se suicider.

Cette tuerie a profondément affecté les autorités : le maire de Florence, le président de la République, et le nouveau ministre pour l’Intégration qui condamne « ce réseau de haine » qui prend pied en Italie.

Pour sa part, le gouvernement sénégalais, qualifiant cet acte d’ « odieux », a assuré qu’ « aucun effort ne sera ménagé pour faire toute la lumière sur cette affaire en vue de prendre les mesures qui s’imposent ».

Catégories : ACTUALITE | Poster un commentaire

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :